Zika et dengue : les autorités sanitaires appellent à la vigilance

Zika et dengue : les autorités sanitaires appellent à la vigilance
Zika et dengue : les autorités sanitaires appellent à la vigilance

Après le signalement d’un second cas de transmission locale du virus zika dans le Var, la Direction générale de la santé (DGS) et l’Agence régionale de santé (ARS) ont appelé le 22 octobre à la vigilance.

Suite à un second cas de transmission locale de zika et à l’augmentation des cas autochtones de dengue en France métropolitaine, les autorités de santé recommandent la plus grande vigilance. "Ces constatations incitent les autorités sanitaires à renforcer la vigilance et à diffuser des conseils de prévention à destination de la population" pour lutter contre ces maladies, explique la DGS dans un communiqué.

La veille, l’ARS de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur avait annoncé un second cas autochtone de contamination par le virus zika à Hyères, dans le Var. Cette transmission s’était produite dans le même quartier que la première contamination signalée début octobre. Il s’agit des deux seuls cas observés de contraction de zika suite à une piqure de moustique en France métropolitaine. Les deux maladies se transmettent de personne à personne par une piqure de moustique-tigre.

Se protéger de la dengue et de zika

Les deux personnes contaminées par zika sont rétablies, mais le risque persiste. La DGS affirme que « les investigations se poursuivent pour détecter d’éventuels autres cas et éviter la propagation de la maladie. » Par ailleurs, une petite dizaine de cas de dengue ont été signalés en Auvergne-Rhône-Alpes, soit les « premiers cas autochtones confirmés de dengue » dans la région.

Les symptômes de la dengue et du zika pouvant ressembler à ceux d'un état grippal, ils peuvent être difficiles à relier à ces maladies et ne sont donc pas systématiquement évoqués, observe la DGS. "C'est pourquoi les professionnels de santé ont été sensibilisés à la situation par les ARS concernées", notamment "ceux qui sont amenés à prendre en charge des femmes enceintes", car le virus zika peut "causer dans de rares cas des malformations congénitales" chez l'enfant à naître.

Les autorités invitent aussi "les personnes qui reviennent d'un pays où circulent les virus de la dengue, du chikungunya ou du zika" à "se protéger efficacement des moustiques, surtout en cas de survenue de fièvre dans les 15 jours suivant leur retour, pour ne pas favoriser la diffusion de la maladie", et à "consulter sans délai leur médecin en signalant leur voyage récent".

Vous êtes à nouveau en ligne