Violences obstétricales : "Ces femmes ont eu l’impression d’être déshumanisées"

Violences obstétricales : \"Ces femmes ont eu l’impression d’être déshumanisées\"
Violences obstétricales : "Ces femmes ont eu l’impression d’être déshumanisées" (© Tu enfanteras dans la douleur, Ovidie, Arte)

La réalisatrice Ovidie sort un nouveau documentaire, "Tu enfanteras dans la douleur", diffusé sur Arte le 16 juillet. Elle y récolte des témoignages glaçants.

"On a plein de témoignages de femmes qui ont subi des césariennes à vif, des révisions utérines à vif, des épisiotomies à vif, on a l’impression qu’on n’est pas au XXIe siècle !" s’exclame la juriste et militante Marie-Hélène Lahaye dans le dernier documentaire d’Ovidie. Le film, intitulé Tu enfanteras dans la douleur, dresse un état des lieux des violences obstétricales en France via des témoignages de victimes, des avis de professionnels de santé, et des expériences de militantes. Il est diffusé le 16 juillet à 22h40 sur Arte.

Un problème pas forcément reconnu au sein de la profession

On appelle violence obstétricale tout acte exercé pendant l’accouchement sans justification médicale ou sans consentement libre et éclairé de la patiente. Il y a un an, devant le nombre massif de témoignages émergeant sur les réseaux sociaux et dans les médias, le Haut commissariat à l’Egalité entre les femmes et les hommes a publié un rapport sur le sujet. "Le Haut conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes appelle à une prise de conscience des pouvoirs publics pour reconnaître les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical" peut-on lire dès les premières pages.

Si le problème semble donc reconnu par un pan des pouvoirs publics, ce n’est pas tout à fait le cas chez les gynécologues-obstétriciens. Israël Nisand, président du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), a fait part plusieurs fois de ses craintes par rapport à un éventuel "gynéco-bashing", arguant que la très grande majorité de la profession était parfaitement bienveillante envers les femmes.

"Des femmes m’ont parlé de bourdonnements, comme les victimes d’attentats"

Pourtant, des témoignages contraires, Ovidie en a reçu des dizaines, et elle continue à en recevoir. "Les termes qui revenaient le plus souvent, c’étaient ceux de vétérinaire et de garagiste. Ces femmes avaient la sensation que leur médecin faisait de la mécanique sans aucune empathie. Elles ont eu l’impression d’être déshumanisées" résume la réalisatrice.

Certaines parturientes, particulièrement violentées, souffrent encore de stress post-traumatique. "Des femmes m’ont parlé de bourdonnements dans les oreilles, comme les victimes d’attentats. Leur rapport au sexe est également différent. Certaines développent un vaginisme carabiné qui rend impossible toute pénétration, comme chez les victimes de viols ou d’agressions sexuelles. J’ai même entendu une femme raconter qu’elle avait des palpitations dès qu’elle voyait un homme de la même corpulence et de la même taille que l’obstétricien qui a géré son accouchement" se souvient Ovidie.

"On parle de dépression post-partum, mais jamais de stress post-traumatique"

Pourtant, l’existence de ce stress post-traumatique est encore très peu connue. Conséquence : il est mal – voire pas du tout – pris en charge. "Les premiers jours après l’accouchement, si la mère va mal, on dit que c’est la faute des hormones. Ensuite, on parle de dépression post-partum. Mais on n’évoque jamais le stress post-traumatique !" s’agace la réalisatrice.

Pourquoi une telle invisibilisation de ce problème de santé publique ? Car derrière la problématique des violences obstétricales, c’est la question du contrôle du corps des femmes qui entre en jeu. "L’utérus est au cœur d’enjeux idéologiques et politiques très forts. On l’a vu avec la loi Neuwirth et la loi Veil. Quand les femmes veulent contrôler leur capacité à planifier leur grossesse et à la maîtriser, ça coince !" résume Ovidie.

"Il y a une maltraitance du personnel soignant qu’on ne peut pas nier"

Mais ce désir d’exercer un contrôle sur les femmes n’est pas forcément volontaire, estime la réalisatrice. "C’est systémique. Nous sommes dans une société sexiste, donc de nombreux services hospitaliers sont en partie sexistes. Et ces schémas de pensée sont très longs à changer" regrette Ovidie. Pour autant, elle reste consciente que la situation dans les maternités pâtit grandement du manque de moyens des hôpitaux : "Il y a une maltraitance du personnel soignant qu’on ne peut pas nier. Dans mon documentaire, Israël Nisand donne l’exemple d’un médecin qui a dû choisir « entre trois césariennes »."

Puisque le renflouement des caisses des hôpitaux ne semble pas à l’ordre du jour, pour Ovidie, une solution pour lutter contre la maltraitance serait de renforcer la formation à la bientraitance. "On commence à avoir des cours sur le consentement. Ca bouge. Les sages-femmes, par exemple, ont déjà intégré ça dans leurs modules", se réjouit-elle. Ovidie comprend toutefois que pour les médecins à qui on a appris à appliquer un protocole, changer sa façon de travailler n’est pas chose facile. "Mais quoi de plus mouvant que la médecine ?"

Un documentaire à retrouver sur le site d'Arte.

Vous êtes à nouveau en ligne