VIDEO. “Le danger est toujours là“… À 80 ans, elle raconte le combat de longue date qu’elle mène contre le SIDA

Brut.

Après sa découverte en 1983, la prolifération du virus du SIDA a fait émerger une génération de militants, tous bien décidés à remporter cette lutte. Janet Maury, 80 ans, raconte pourquoi et comment elle se bat contre la maladie depuis plusieurs décennies.

Plus de 20 ans de combat. À 80 ans, Janet Maury n’en a pas fini avec la prévention contre le SIDA. Tout commence dans les années 80. Elle est alors enseignante dans un lycée technique quand un collègue lui apprend sa séropositivité. 

L’histoire ressemble à des millions d’autres : une sortie de travail tardive, "un coup de désir mais rien pour se protéger", comme le raconte Janet Maury. Ce confrère leur fera promettre, à la secrétaire du proviseur et à elle-même, de ne rien divulguer. Confuse, Janet Maury se souvient lui avoir demandé pourquoi cette dissimulation était nécessaire car "ce n’est pas honteux". À ce moment-là, elle reçoit une réponse qui la choque : "Tu ne peux pas savoir le poids des discriminations."

Des batailles difficiles à mener

C'est alors un nouveau combat dans lequel s'engage celle qui milite pour l'égalité des droits depuis ses 14 ans et sa découverte des droits de l'Homme. 

La lutte, elle a tenté de la mener dans le lycée où elle enseignait. En vain. Dès 1993, elle se mobilise pour tenter de faire installer un distributeur de préservatifs gratuits. Elle est tombée des nues quand on lui a répondu que ça "ne concernait pas" le lycée. Une réponse qui avait choqué Janet Maury : "Mais on n’a pas le droit de se taire, on le sait que ça existe", a-t-elle déploré.

Dans sa ville de Conflans-Sainte-Honorine, elle a crée l'association "Eclats de vie contre le sida" et elle participe au festivals Solidays tous les ans depuis sa création, il y a 20 ans. 

"Le danger est toujours là"

Aujourd’hui, il n’existe toujours aucun traitement qui permet de guérir du SIDA. C’est pourquoi Janet Maury voudrait que les plus jeunes redoublent de vigilance, "Le danger est toujours là, il est silencieux, il est traître". Par ailleurs, elle les invite également à se mobiliser et à ne pas se taire. 

Vous êtes à nouveau en ligne