Une nouvelle étude pour mieux comprendre les leucémies infantiles

En France, chaque année, 2500 cancers pédiatriques sont diagnostiqués. Parmi eux, 15% sont des leucémies aigües myéloïdes, au pronostic difficile. Une étude menée par l'Inserm et le centre Gustave Roussy décrypte les mécanismes provoquant des rechutes.

Certaines leucémies aigües myéloïdes des nourrissons provoquent souvent des rechutes. Pour comprendre ce phénomène, les scientifiques ont été la piste génétique : « On a mis en évidence une altération génétique qui conduit à la fusion anormale de deux gènes qui est retrouvée dans 30% d’un sous type très agressif de leucémie. Et l’expression de cette fusion conduit à une prolifération leucémique » explique Thomas Mercher, directeur de recherche à l'Inserm.

Améliorer le traitement à l’avenir

Grâce à leur modèle expérimental, les chercheurs ont mis au jour le lien entre cette altération génétique et le très jeune âge des enfants touchés. En cause : une sorte d’immaturité de leurs cellules, proches de celles du fœtus. « Ce que l’on a pu montrer c’est que l’expression de cette fusion dans les cellules très jeunes, des cellules fœtales rend les leucémies beaucoup plus agressives et donc ce modèle est maintenant un bon modèle pour comprendre quels sont les mécanismes mis en place par cette fusion », précise Thomas Mercher.  Ce modèle ouvre des perspectives de recherche intéressantes pour la mise au point, à l'avenir, de traitements contre ces leucémies agressives. Mais il faudra attendre encore plusieurs années avant qu'ils ne voient le jour.

Vous êtes à nouveau en ligne