Canicule : le sommeil des Français est perturbé

FRANCE 3

Réveils intempestifs, insomnie, c'est la dure réalité des nuits trop chaudes. Mercredi 24 juillet, en journée, des pointes à 42 degrés sont attendues en Corrèze, mais la canicule poursuit les Français jusque dans leur lit.

Dans la nuit du mardi 23 au mercredi 24 juillet, il a fait jusqu'à 25 degrés la nuit à Paris et à Nice (Alpes-Maritimes), 24 degrés à Lyon (Rhône) et à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), 23 degrés à Toulouse (Haute-Garonne). Même sur les abords du Rhône, il était difficile de trouver la fraîcheur mardi soir. "J'ai dormi dans mon salon puisqu'il y faisait plus frais", raconte une jeune femme. "J'ai réussi à dormir parce que ma femme était partie à Toulouse. J'étais libre (...) j'ai pu dormir tranquillos", explique un monsieur mercredi 24 juillet.

"Il vaut mieux dormir sur le côté que sur le dos"

Lutter pour trouver le sommeil s'explique par un phénomène biologique : le corps, normalement à 37 degrés a besoin de se refroidir d'un degré pour se mettre en veille. Sans cette baisse de température, l'endormissement ne se fait pas et le sommeil est de mauvaise qualité. "Il vaut mieux dormir sur le côté que sur le dos, puisque le lit va se mettre à la température ambiante du corps", conseille Olympe Véron, médecin du sommeil.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne