Santé : la nécessité d'informer et de sensibiliser sur la question des vaccins

FRANCE 2

Le docteur Jean-Daniel Flaysakier décrypte la décision de la ministre de la Santé de vouloir rendre obligatoires 11 vaccins à destination des enfants.

La ministre de la Santé a-t-elle raison de s'interroger ? Car 11 vaccins, cela peut paraître beaucoup. "Elle a raison de s'interroger et elle devrait en profiter pour ouvrir un vaste débat avec beaucoup d'informations, beaucoup d'explications pour qu'on puisse convaincre les gens de retourner vers la vaccination. Parce qu'avec moins de 95% des personnes vaccinées, il n'y a pas d'efficacité. Alors, il ne faut peut-être pas faire 11 vaccins, il faut peut-être prendre le temps d'en discuter. Mais il est certain qu'il faut faire des progrès sur certains vaccins comme celui contre la rougeole et la rubéole", explique le docteur Jean-Daniel Flaysakier.

"Il y a eu d'énormes campagnes de désinformation"

L'an passé, 52% des Français considéraient les vaccins peu sûrs, ont-ils raison ? "Non, sur ce sujet il y a eu d'énormes campagnes de désinformation. Quand on voit ce qui se passe sur la rougeole, où un médecin anglais radié à vie a prétendu que le vaccin anglais antirougeole pouvait être à l'origine de l'autisme, et que l'on voit des familles refuser de faire vacciner des enfants. Il y a quand même eu 10 morts en neuf ans en France à cause de la rougeole. Il y a des enfants qui ont des séquelles neurologiques définitives. Et il y a des enfants qui ont des atteintes pneumologiques définitives. Tout ça à cause d'un mensonge propagé par un faussaire et un escroc", continue le docteur.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne