Mieux contrôler son hypertension pour se protéger contre la démence ?

Selon une étude américaine menée sur 9.000 patients, le contrôle de l’hypertension limiterait le risque de développer un déficit cognitif léger.

Perdre ses mots, avoir du mal à reconnaître un visage ou à s’orienter dans l’espace… ces signes peuvent indiquer un déficit cognitif léger. Pr Bruno Dubois, neurologue à l’hôpital de La Pitié-Salpêtrière (AP-HP), explique que ce déficit peut être observé en cas de dépression, de prise excessive d’alcool mais peut aussi être la conséquence de maladies qui altèrent le cerveau, comme par exemple un petit AVC ou une maladie d’Alzheimer.

Dans une étude publiée lundi dans la revue JAMA, des chercheurs on comparé deux groupes de patients qui ont reçu deux traitements visant à faire diminuer leur hypertension. S’ils n’ont pas trouvé de différence significative concernant le risque de développer une démence, ils ont montré que le groupe dont la pression artérielle était la mieux régulée, avait moins de risques de développer un déficit cognitif léger. Selon le Pr Bruno Dubois, ce résultat n’est pas surprenant : « Le contrôle de la pression artérielle a pour conséquence de diminuer la sclérose des artères du cerveau. Cela améliore l’oxygénation et donc le cerveau fonctionne mieux », affirme-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne