L'OMS met en garde : les cas de rougeole dans le monde ont triplé depuis janvier

Un enfant bénéficie d\'une vaccination contre la rougeole, le 27 février 2019, dans le village malgache d\'Anivorano.
Un enfant bénéficie d'une vaccination contre la rougeole, le 27 février 2019, dans le village malgache d'Anivorano. (MAMYRAEL / AFP)

Plus de 360 000 cas ont été comptabilisés depuis le début de l'année, contre 130 000 l'an dernier à la même période. L'agence spéciale de l'ONU estime que moins d'un cas sur dix est signalé et les chiffres réels sont sans doute bien supérieurs.

Les cas de rougeole dans le monde ont quasiment été multipliés par trois depuis janvier par rapport à la même période de l'an dernier, a annoncé l'Organisation mondiale de la santé (OMS), mardi 13 août. Au total, 364 808 cas ont été enregistrés du 1er janvier au 31 juillet, contre 129 239 sur les sept premiers mois de l'année 2018. Il s'agit des chiffres "les plus élevés" jamais enregistrés depuis 2006, a déclaré le porte-parole Christian Lindmeier, lors d'un point presse à Genève.

Des flambées en cours dans plusieurs pays

Les plus grands nombres de cas ont été enregistrés en République démocratique du Congo, à Madagascar et en Ukraine. A Magadascar, "le nombre de cas a cependant considérablement diminué au cours des derniers mois" à la suite des campagnes nationales de vaccination d'urgence contre la rougeole, a relevé l'OMS. D'autres flambées majeures sont en cours en Angola, au Cameroun, au Tchad, au Kazakhstan, au Nigeria, aux Philippines, au Soudan du Sud, au Soudan et en Thaïlande. Les Etats-Unis, eux, ont eux enregistré leur plus grand nombre de cas de rougeole depuis 25 ans.

En Europe, les chiffres ont doublé avec près de 90 000 cas signalés cette année. Ce chiffre dépasse déjà largement celui enregistré pour l'ensemble de l'année 2018 (84 462). Dans les autres régions, l'OMS a enregistré une explosion des cas en Afrique, dix fois plus nombreux, une augmentation de 230% dans le Pacifique occidental et de 50% en Méditerranée orientale. L'Asie du Sud-Est et la région des Amériques dans son ensemble ont chacune enregistré une diminution de 15% des cas.

Les mouvements "antivax" ont leur part de responsabilité

Les épidémies de rougeole les plus importantes surviennent dans des pays où la couverture vaccinale contre la rougeole est faible. Dans les pays occidentaux, les "antivax" s'appuient sur une publication de 1998 liant le vaccin contre la rougeole et l'autisme. L'OMS a balayé à plusieurs reprises ces critiques et il a été établi que l'auteur de la publication, le Britannique Andrew Wakefield, avait falsifié ses résultats. La défiance peut aussi avoir des motifs religieux, comme à New York, où la maladie a été importée par des voyageurs non vaccinés venus d'Israël.

La rougeole est l'une des maladies les plus contagieuses au monde et les décès sont le plus souvent dus à des complications. Il n'existe pas de traitement curatif, mais elle peut être prévenue par deux doses d'un vaccin "sûr et très efficace", selon l'OMS. L'agence estime que toute personne de plus de 6 mois devrait être protégée contre la rougeole avant de se rendre dans une région où circule le virus. Les voyageurs sont invités à se faire vacciner au moins quinze jours avant leur départ.

L'OMS estime que moins d'un cas sur dix est signalé dans le monde, ce qui signifie que l'ampleur de l'épidémie est bien plus importante que les statistiques officielles.

Vous êtes à nouveau en ligne