Les allergènes alimentaires bientôt sur toutes les étiquettes

(54260928)

A partir du 1er juillet 2015, les restaurateurs et les industriels de l'agroalimentaire devront obligatoirement indiquer la présence d'allergènes dans leurs produits. Inscrites sur les étiquettes des emballages ou sur les vitrines, ces informations protégeront les allergiques de réactions graves. 

Gluten, lait, oeufs, arachides, soja, crustacés, etc., toutes les substances allergisantes devront bientôt être affichées sur les produits alimentaires. Une réglementation, inscrite le 19 avril au Journal officiel, qui rentrera en vigueur le 1er juillet 2015. Les industriels de l'agroalimentaire, tout comme les commerçants, les restaurateurs et les cantines sont concernés. La présence de quelques 14 allergènes devra être "indiquée sur l'étiquetage" de denrées préemballées.

Pour les aliments qui ne possèdent pas d'étiquette, servis dans les restaurants ou dans les rayons "à la coupe" des traiteurs, les allergènes devront être précisés "par écrit" sur les vitrines ou sur un document tenu à jour et facilement accessible pour le consommateur.

Concernant les produits "à consommation immédiate", l'information doit être signalée "à proximité de l'aliment" indique Carole Delga, secrétaire d'Etat au Commerce et à la Consommation, dans un communiqué, afin "que le consommateur n'ait aucun doute sur le produit concerné". Elle salue d'ailleurs la publication de ce décret, qui se félicite que "les consommateurs (soient) désormais informés".

Eviter les réactions allergiques

L'information sur les allergènes était prévue depuis décembre 2014, à la suite d'un décret européen. Celui-ci "vise à permettre aux consommateurs allergiques d'être informés du risque qu'ils peuvent courir" ajoute Carole Delga, Ils pourront ainsi "choisir, en connaissance de cause, les aliments qui leur conviennent et, le cas échéant, écarter ceux qui ne correspondent pas à leur régime alimentaire", précise-t-elle, espérant renforcer leur confiance.

Gluten, crustacés, œufs, poissons (hormis les gélatines de poisson), arachides, soja, lait, fruits à coque, céleri, moutarde, graines de sésame, sulfite (à partir d'une certaine concentration), lupin (légumineuse) et mollusques devront figurer sur les étiquettes. Cette liste concerne les produits bruts comme transformés, ainsi que leurs dérivés.

Avec AFP