Moustique tigre en France : "Le taux de répartition ne fait qu'augmenter et ne rétrécira pas", estime l’Inserm

Le moustique tigre es présent dans près de la moitié des départements français. 
Le moustique tigre es présent dans près de la moitié des départements français.  (PHILIPPE LAMBERT / MAXPPP)

Stéphanie Blandin, chercheure à l’Inserm, a estimé sur franceinfo que la prolifération du moustique tigre en France va continuer d'augmenter. 

Les autorités sanitaires appellent mardi 22 octobre à la vigilance après le signalement de deux premiers cas de transmission locale du virus zika dans le Var et face à l'augmentation des cas autochtones de dengue en métropole. "Le taux de répartition ne fait qu'augmenter et ne rétrécira pas", a expliqué mercredi sur franceinfo Stéphanie Blandin, chercheure à l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), responsable du groupe “réponses immunitaires chez les moustiques vecteurs de maladies” à l’Institut de Biologie Moléculaire et Cellulaire à Strasbourg.

franceinfo : A quoi est due l'augmentation de ces insectes ?

Stéphanie Blandin : Elle est multifactorielle, mais clairement le réchauffement climatique a sa part à jouer dans les répartitions actuelles et l'augmentation du territoire conquis par le moustique tigre. L'autre facteur très important est celui de la mondialisation. On échange énormément de matériels, y compris des pneus usagers qui sont de très bons vecteurs de moustiques. Les œufs peuvent être pondus quelque part, en Asie par exemple, et rapportés en Métropole. Il y a aussi les gens qui reviennent de zones infectées et importent des virus.

Dans combien de départements français le moustique tigre est-il présent ?

On peut dire à peu près la moitié des départements français. Le taux de répartition ne fait qu'augmenter et ne rétrécira pas dans les années qui viennent. En gros, le moustique fait de l'autostop. Quand les gens du Nord partent en vacances dans le Sud, ils peuvent aussi ramener des œufs de moustique et donc les ramener chez eux.

Peut-on faire quelque chose pour limiter la prolifération ?

La prolifération est là et on ne les éliminera pas des zones où ils sont implantés. Mais il y a une note d'espoir. On a tous notre rôle à jouer. On est tous responsables et notre rôle le plus important sera de limiter leur prolifération en ne les élevant pas à la maison. Un bébé moustique ce n'est pas un moustique format réduit, c'est une larve qui vit dans l'eau. Les adultes femelles posent leurs œufs à la surface de récipients d'eau et les œufs vont éclore, donner naissance à des petites larves qui ressemblent à des petits vers. Ce sont ces larves qui vont se développer et donner naissance aux moustiques que l'on connait et qui nous piquent. Les moustiques adultes ne vont pas voler très loin de la zone où ils sont nés. Si les gens n'élèvent pas de moustiques dans leur jardin ils n'auront pas de nuisance. La zone couverte par le moustique adulte est d'environ 200 mètres autour de son point d'émergence.

Que faut-il faire ?

On peut collecter l'eau de pluie dans des récipients fermés, on évite de laisser la piscine des enfants pleine d'eau, on évite les soucoupes sous les pots de fleurs. On évite de laisser trainer les jouets des enfants dans le jardin.

Vous êtes à nouveau en ligne