Journée mondiale du paludisme : une maladie en recrudescence

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le paludisme est en recrudescence pour la première fois en trois ans. Alors que se tient, ce mercredi 25 avril, la journée mondiale de lutte contre cette maladie, des chercheurs français tentent de trouver la parade.

500 000 à un million de victimes du paludisme par an selon l'Institut Pasteur. Un nombre, dont 90% des cas se déclarent dans les zones tropicales d'Afrique. Transmis à l'homme par les moustiques, le paludisme reste l'une des pathologies les plus mortelles du monde. Chaque année, plus de 3500 cas sont importés en France métropolitaine.

L'Institut Pasteur, leader mondial dans la recherche

Mais c'est en Guyane que les scientifiques tentent d'éradiquer la source du mal en étudiant ses larves. "Il y a vraiment des espèces qui vont se développer dans des gites larvaires bien particuliers. C'est ce qu'on essaye de comprendre", analyse Romain Girod, ingénieur entomologiste à Cayenne (Guyanne).

L'Institut Pasteur de Guyane est leader mondial de recherche contre le paludisme. "C'est un parasite qui se modifie beaucoup, qui bouge énormément. Il est difficile de mettre au point un vaccin", commente Lise Musset, chercheuse en parasitologie. Autrefois débordés, certains pays d'Afrique, comme le Sénégal, soignent de mieux en mieux la maladie.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne