"On va s'entraîner avec les collègues, les conjoints" : à Amiens, les pharmaciens en stage pour apprendre à vacciner contre la grippe

A Amiens, une pharmacienne apprend à vacciner contre la grippe à l\'occasion d\'une formation d\'une journée.
A Amiens, une pharmacienne apprend à vacciner contre la grippe à l'occasion d'une formation d'une journée. (SOLENNE LE HEN / FRANCE-INFO)

La campagne de vaccination contre la grippe débute ce mardi 15 octobre. Cette année, tous les pharmaciens sont autorisés à vacciner. Des stages sont organisés pour les former.

Au centre SimUSanté de l'hôpital d'Amiens, une vraie-fausse pharmacie a été reconstituée. Tout y est : la caisse, les blouses, les étagères de boîtes de médicaments... et les faux clients. Une simulation de vaccination est mise en place pour vérifier que les pharmaciens ont bien assimilé la partie théorique de l'apprentissage, sur internet. Alors que la campagne de vaccination contre la grippe débute ce mardi 15 octobre, ils pourront pour la première fois vacciner dans leur pharmacie, après une expérimentation dans quatre régions (Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle-Aquitaine et Occitanie).

"Mon médecin m'a conseillé de me faire vacciner", indique le premier faux client. "Vous n'avez pas d'allergie à l'oeuf par exemple ?", lui demande le pharmacien stagiaire. "Si !" Les stagiaires du jour ne tombent pas dans le piège. "Dans ce cas-là, on ne va pas pouvoir la réaliser, parce qu'il y a des résidus d'oeufs dans le vaccin", explique le pharmacien. 

Exercice suivant : apprendre à vacciner et à dompter la seringue sur un bras factice. "Votre vaccin, vous allez le tenir comme un crayon, comme une fléchette", explique Roxane Desjardins, infirmière et formatrice. "Vous devez introduire votre aiguille assez rapidement, perpendiculairement aux deltoïdes. C'est bon pour vous ?" Technique d'injection sous-cutanée, intra-musculaire... La mise en pratique est parfois hésitante. Selon Roxane Desjardins, les pharmaciens "n'ont pas ce même rapport aux soins, au corps, que nous les infirmières. Mais globalement, ils appréhendent plutôt bien l'acte."

Augmenter le pourcentage de vaccinations

Laetitia, pharmacienne stagiaire, compte encore se faire la main pendant les prochains jours. "On va essayer de s'entraîner avec les collègues, les conjoints. Le cercle proche au départ pour se mettre un petit peu à l'aise." Laetitia est pharmacienne adjointe à Oisemont (Somme), où les médecins alentours sont souvent débordés. "Le but, c'est vraiment d'offrir des périodes de vaccination à des personnes qui sont actives, qui sont déjà pressées toute la semaine et qui ne vont pas forcément faire la démarche de prendre un rendez-vous chez le médecin ou au cabinet infirmier. Cela s'adresse à ceux qui pourraient négliger cette vaccination faute de temps."

"On n'est pas là pour prendre la place de qui que ce soit, ni des infirmiers, ni des médecins, bien au contraire", continue Laetitia. "L'objectif de santé publique, c'est vraiment de pouvoir augmenter le pourcentage de vaccination". L'an dernier, six millions de personnes s'étaient fait vacciner contre la grippe.

Une fois la pratique mais aussi les conditions d'hygiène acquises, les pharmaciens repartent avec leur attestation. Ils sont officiellement autorisés à vacciner contre la grippe cet hiver.

A Amiens, les pharmaciens en stage pour apprendre à vacciner contre la grippe - Le reportage de Solenne Le Hen
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne