Grippe : les personnes âgées fortement touchées par l'épidémie

FRANCE 3

Face à cette forte épidémie de grippe, les services d'urgence ont été pris d'assaut. Une équipe de France 3 fait un point sur la situation.

Cette année, la grippe a été particulièrement virulente et meurtrière.
Mais le pic de l'épidémie semble enfin être passé. "On voit bien qu'on est dansla phase de décroissance de l'épidémie", affirme le docteur Serge Smadja.
La grippe a touché en particulier les plus de 65 ans, plus vulnérables. Les personnes âgées développent souvent des surinfections pulmonaires et des problèmes cardiaques après la grippe. C'est leur prise en charge qui occupe les hôpitaux en ce moment. "J'ai dû faire appel plusieurs fois aux ambulances de réanimation du Samu ces jours derniers pour des personnes qui vraiment décompensent sur le plan respiratoire, sur le plan organique général. Et effectivement je crains un nombre de décès plus important qu'habituellement", explique au micro de France 3, Pierre-Jean Lacaille, médecin urgentiste.

Deux fois plus meurtrier

Les chiffres officiels seraient bien en dessous de la réalité. Ils font état de 970 cas graves et 98 décès. Alors qu'une épidémie de grippe classique fait entre 2 000 et 3 000 morts, cet épisode-là pourrait être deux fois plus meurtrier faute de moyens dans les hôpitaux. "Le retard à la prise en charge d'un patient qui vient en urgence et qui doit être transféré en réanimation, ce retard entraine une surmortalité de 30%", explique le docteur Christophe Prudhomme.

Par ailleurs, cette année, le vaccin serait moins efficace et contribue ainsi au mauvais bilan. "Le virus a muté au printemps, après que nous ayons décidé de la constitution du vaccin", explique le docteur Daniel Lévy-Bruhl.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne