La grippe aviaire inquiète les éleveurs

France 2

15 pays ont déjà choisi l'embargo sur les volailles françaises, le ministère de l'Agriculture tente d'apaiser une crise potentielle, mais des milliers de volailles ont dû être abattues. 

Au traditionnel marché au gras de Périgueux, pas de psychose concernant la grippe aviaire. Sur les étals, on voit toujours autant de confits, magrets ou foies gras. La grande majorité des amateurs vient déjà faire ses courses pour les fêtes de fin d'année, sans appréhension. Les autorités sanitaires sont formelles, il n'y a aucun danger de transmission à l'homme.

Des consignes drastiques

À ce jour, on compte 13 foyers d'infection dans cinq départements du sud-ouest du pays, avec pour conséquence, des mesures d'abattage d'élevages entiers et l’établissement de périmètres de sécurité. Un éleveur installé à 3km d'un des foyers doit donc suivre des consignes drastiques : pédiluve obligatoire, port d'une combinaison et confinement de ses 2 700 volailles. Une quinzaine de pays en Asie et en Afrique ont fermé leurs frontières aux volailles françaises, mais elles restent plébiscitées sur le marché local.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne