Grippe aviaire : retard sur les indemnités

FRANCE 2

Colère des éleveurs de canards dans les Landes : durement touchés par deux crises successives liées à la grippe aviaire, ils demandent à l'État l'indemnisation totale de leurs pertes. 600 d'entre eux ont manifesté hier aux côtés d'élus venus les soutenir.

Marie-Hélène, productrice de foie gras, ne cesse de subir les conséquences de la grippe aviaire. 9 000 canards abattus par précaution, parce que son élevage était proche d'un foyer. Un vide sanitaire de six mois et aujourd'hui, d'importantes difficultés pour redémarrer, par manque de canetons. "Pour éliminer le virus, il a fallu éliminer tous les reproducteurs, tous les accouveurs ont été touchés, et on n'avait plus de disponibilités de canetons. Chez moi, sur mon exploitation, je vais produire un tiers de ce que je fais d'habitude", explique l'éleveuse gaveuse.

30 millions d'euros supplémentaires pour relancer l'activité

Hier, samedi 7 octobre, à Castelnau-Chalosse (Landes), 600 personnes, dont un grand nombre d'éleveurs, ont lancé un nouveau cri d'alarme. Principale revendication : 30 millions d'euros supplémentaires pour relancer l'activité. À ce jour, Hélène n'a reçu que 50% des aides d'urgence pour compenser la perte de production. Son espoir : que d'éventuels nouveaux foyers soient à l'avenir mieux circonscrits, pour éviter des abattages systématiques.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne