En première ligne face à Ebola, les personnels de santé font grève au Liberia

Dans une clinique de Monrovia, au Liberia, le 30 septembre 2014.
Dans une clinique de Monrovia, au Liberia, le 30 septembre 2014. (REUTERS)

Ils réclament le versement d'une meilleure prime de risque et davantage d'équipements pour se protéger. La moitié des victimes de l'épidémie sont mortes dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Ils sont sur le front depuis plusieurs mois, pour un salaire de misère. Des milliers de travailleurs du secteur de la santé sont en grève, lundi 13 octobre, au Liberia, pour protester contre leurs conditions de travail face à l'épidémie d'Ebola, dont la moitié des victimes ont été recensées dans le pays. Ils réclament notamment le versement d'une prise de risque et des équipements de protection plus performants.

Une épidémie qui décime aussi le personnel médical

Une réunion de crise, le 10 octobre, a échoué à convaincre le personnel de ne pas abandonner les cliniques, hôpitaux et centres de traitement d'Ebola du pays. Une prime de 700 dollars, contre 500 actuellement, leur avait été promise, mais le gouvernement libérien explique aujourd'hui que ses finances sont insuffisantes, étant donné l'étendue de l'épidémie.

S'ils concèdent que leur mouvement ralentira les efforts pour stopper l'épidémie, les grévistes rappellent qu'ils travaillent sans les équipements nécessaires pour s'en protéger, et que la maladie fait de nombreuses victimes chez le personnel médical. Sur plus de 4 000 victimes, 2 316 sont mortes au Liberia selon le dernier bilan de l'OMS, dont 95 travailleurs de la santé.