Ebola : un cas confirmé à Goma, en RDC, les autorités appellent au calme

Des soignants lutent contre l\'épidémie d\'Ebola, le 14 juin 2019, à Mirami en République démocratique du Congo.
Des soignants lutent contre l'épidémie d'Ebola, le 14 juin 2019, à Mirami en République démocratique du Congo. (ISAAC KASAMANI / AFP)

L'épidémie qui touche la République démocratique du Congo a déjà fait plus de 1 600 morts en moins d'un an, mais c'est la première fois q'un cas est diagnostiqué à Goma, une ville d'un million d'habitants.

Un premier cas de fièvre hémorragique Ebola a été enregistré, dimanche 14 juillet, à Goma. Il s'agit de la plus grande ville (environ un million d'habitants) touchée depuis le début de l'épidémie le 1er août dernier en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé le ministère de la Santé. Il demande à la population de garder "son calme".

Le malade est un homme arrivé dimanche matin par bus, avec dix-huit autres passagers et le chauffeur, en provenance de Butembo, l'un des principaux foyers de la maladie dans la province du Nord-Kivu (Est). Son voyage a commencé vendredi après que "ses premiers symptômes sont apparus le 9 juillet", précise le communiqué du ministère.

"Vers 15 heures, les résultats du test laboratoire ont confirmé qu'il était positif à Ebola", ajoute le ministère. "En raison de la rapidité avec laquelle le patient a été identifié, ainsi que l'identification de tous les passagers du bus en provenance de Butembo, le risque de propagation dans le reste de la ville de Goma reste faible", estime le ministère.

Plan de riposte

"Le chauffeur du bus ainsi que les dix-huit autres passagers ont été identifiés et leur vaccination commencera dès ce lundi 15 juillet 2019", insiste-t-il. Le malade est présenté comme un pasteur qui a effectué un court séjour à Butembo, une ville à quelques centaines de kilomètres au nord de Goma. A Butembo, il prêchait dans une église chrétienne où il aurait touché des mains les fidèles "y compris les malades", d'après le communiqué du ministère.

"Depuis novembre 2018, le ministère de la Santé et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont mis en place un système de préparation et de riposte contre Ebola dans la ville de Goma", souligne le ministère. L'actuelle épidémie dans l'est de la RDC est la deuxième plus importante dans l'histoire de la maladie après celle qui a tué près de 11 000 personnes en Afrique de l'Ouest (Guinée, Liberia, Sierra Leone) en 2013-2014. "Il y a eu 1 655 décès (1 561 confirmés et 94 probables) et 694 personnes guéries", lit-on dans le bulletin quotidien du ministère de la Santé daté de samedi.

Vous êtes à nouveau en ligne