Ebola : 480 signalements en France, aucun cas confirmé

Des volontaires se préparent à partir dans les pays touchés par Ebola en faisant une série d\'exercices sur des mannequins, à Créteil (Val-de-Marne), le 22 octobre 2014.
Des volontaires se préparent à partir dans les pays touchés par Ebola en faisant une série d'exercices sur des mannequins, à Créteil (Val-de-Marne), le 22 octobre 2014. (© PHILIPPE WOJAZER / REUTERS / X00303)

Sur l'ensemble de ces signalements recensés depuis juin, 44% concernaient des personnes originaires de Guinée, l'un des trois pays, avec le Liberia et la Sierra Leone, durement touchés par l'épidémie.

Sur un total de 480 "signalements" pour Ebola répertoriés par l'Institut de veille sanitaire (InVS) depuis juin en France, 17 cas ont été classés comme "cas possibles", mais aucun d'entre eux ne s'est avéré positif, a indiqué jeudi 23 octobre le Dr François Bourdillon, à la tête de cet institut. Sur l'ensemble de ces signalements recensés, 44% concernaient des personnes originaires de Guinée, l'un des trois pays, avec le Liberia et la Sierra Leone, durement touchés par l'épidémie.

Géographiquement, 40% des signalements provenaient d'Ile-de-France, de l'ordre de 13% du Nord-Pas-de-Calais, et, environ 10% pour chacune des régions Pays de la Loire et Midi-Pyrénées, le tout avec "un pic en septembre"Parmi les cas suspects figurent des voyageurs en provenance des pays touchés ou des volontaires d'organisations humanitaires opérant dans ces pays.

Suivi régulier pour les soignants de l'infirmière guérie

Quand un cas est "possible", la prise en charge est déclenchée, avec mobilisation du Samu via l'appel au 15, et l'InVS "démarre avant tout résultat confirmé une identification des possibles contacts du cas, de manière, si la personne s'avérait positive, à mettre en place des mesures d'isolement pour pouvoir couper toute chaîne de contamination", a expliqué le Dr Bourdillon. Par ailleurs, l'ensemble des soignants de l'hôpital d'instruction des armées Bégin (Saint-Mandé, près de Paris) qui ont été en contact avec l'infirmière de MSF, rapatriée du Liberia où elle avait été contaminée et désormais guérie, font l'objet d'un suivi régulier.