VIDEO. "Une ville fantôme, on ne verrait ça nulle part ailleurs" : retour à Wuhan, foyer de l'épidémie de coronavirus

Le correspondant de France Télévisions Arnauld Miguet décrit la situation dans cette mégapole confinée où le nombre de nouveaux cas de Covid-19 est en baisse. Mais la sortie de crise prend du temps et les 11 millions d'habitants de cette ville sont toujours en quarantaine.

"C'est une ville fantôme, une ville morte." Voici comment Arnauld Miguet, correspondant de France Télévisions en Chine, décrit la ville de Wuhan, foyer de l'épidémie de coronavirus et complètement "coupée du monde" depuis le 23 janvier. Lui-même confiné dans une chambre d'hôtel, Arnauld Miguet est autorisé à sortir "tous les deux jours environ" pour réaliser des reportages.

Sur place, l'espoir renaît car le nombre de nouveaux cas de Covid-19 est en baisse constante ces derniers jours, signe d'une sortie de crise, d'après le journaliste français. Les hôpitaux construits à la hâte pour accueillir l'énorme contingent de patients infectés peuvent peu à peu leurs portes. Les 11 millions d'habitants de Wuhan restent néanmoins placés en quarantaine "dure" pour éviter tout risque de recontamination.

Pour la première fois depuis le début de l'épidémie, le président chinois, Xi Jinping, s'est rendu à Wuhan, mardi 10 mars, pour y rencontrer des médecins, des malades et des responsables politiques de cette ville la plus meurtrie de ce pays où le virus a fait plus de 3 000 morts.

Vous êtes à nouveau en ligne