VIDEO. Télétravail : après trois mois, quel bilan en termes de qualité de vie ?

Face à la crise du coronavirus, près de 8 millions de personnes ont eu recours au travail à distance en France. Malgré les difficultés, cette organisation est plébiscitée à plus de 80%, d'après une enquête de l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail.

Presque du jour au lendemain, face à l'épidémie de Covid-19, près de 8 millions de personnes en France se sont retrouvées en télétravail au mois de mars dernier. "Cela a été une expérience inédite pour la moitié d'entre elles, qui étaient souvent démunies face à cette situation", précise Ségolène Journoud, responsable de l'accompagnement des transformations à l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail (Anact).

Malgré les difficultés rencontrées, comme l'absence de séparation entre travail et vie privée ou l'isolement face à certaines tâches, le télétravail est aujourd'hui largement plébiscité. "Nos enquêtes ont montré que plus de 80% des personnes interrogées apprécient cette organisation et souhaiteraient continuer", détaille Ségolène Journoud. 

Instaurer un cadre pour éviter l'hyperconnexion

"En tant qu'employeur, il faut bien se demander pourquoi on poursuit le travail à distance : est-ce que c'est pour des enjeux sociaux et sociétaux, ou aussi de performance et de santé ?" recommande Ségolène Journoud, pour qui un "cadre précis" doit rapidement être posé autour de cette organisation. S'il permet une plus grande autonomie, le travail à distance peut en effet entraîner une surcharge et une hyperconnexion. "Tout ne doit pas devenir du télétravail à 100%, alerte-t-elle, il faut identifier les tâches qui s'y prêtent le mieux et établir des critères d'accès pour les employés." 

Qu'ils soient restés chez eux ou sur leur lieu de travail, tous les actifs ont vécu une remise en question de leurs missions, et ce "de façon exacerbée", estime Ségolène Journoud. "Ce que l'on me demande de faire, ce que cela me demande de faire et ce que je ressens au moment où je dois le faire" sont les trois dimensions à prendre en compte pour "bien manager le travail", insiste la spécialiste. 

Vous êtes à nouveau en ligne