Vidéo. stocks de pommes de terre invendus : les producteurs n'ont pas la frite

Depuis le début du confinement, la fermeture des restaurants et cantines scolaires, les Français ne mangent presque plus de frites. Conséquence: 450 000 tonnes de pommes de terre invendues. 

Ce sont littéralement des montagnes de pommes de terre qui s'accumulent dans les hangars des cultivateurs de nos régions. En cause, l'épidémie de Covid-19 qui a mis à l'arrêt les restaurants et les cantines du pays. Ce sont eux qui achètent le plus de pommes de terre, notamment pour les transformer en frites. Tout comme le géant mondial du secteur, le Canadien McCain, qui se fournit auprès de nombreux producteurs français. 

200 millions de perte pour la filière

En France, les agriculteurs qui cultivent des pommes de terre estiment la perte à 200 millions d'euros pour la filière. "On a rouvert les portes il y a 3 semaines et on est seulement à 5% d'activité" se désole Mathieu Guillaume, producteur dans l'Aube. "Et on espère pas dépasser les 40% jusqu'au mois de septembre". Dans deux des plus grosses régions productrices, la Normandie et Les Hauts-de-France, certains optent pour la vente directe à prix cassé, 20 centimes le kilo. Là encore, pas de quoi compenser les lourdes pertes financières. 

Une aide d'urgence demandée

Pour faire face à cette crise inédite, le groupement interprofessionnel de la pomme de terre (GIPT) a sollicité une aide d'urgence de la part du gouvernement et de l'Europe afin de "prévenir de graves conséquences sanitaires et environnementales dues aux surplus de stocks de pommes de terre" selon un communiqué. Le groupement estime à environ 35 millions d'euros le budget nécessaire pour les surcoûts de transport et de logistique afin d'acheminer les stocks. Des débouchés vers les secteurs de l'alimentation animale et la méthanisation ont par exemple été trouvés.

Vous êtes à nouveau en ligne