VIDEO. Rouvrir ou pas les lieux de culte malgré l'épidémie de Covid-19 : le dilemme des évangéliques brésiliens

ARTHUR GERBAULT / RADIO FRANCE

Le Brésil vient de franchir la barre des 30 000 morts dûs au coronavirus, et la courbe de propagation de l'épidémie continue à monter. Le président Bolsonaro réclame pourtant le retour à "une activité normale".

Au Brésil , alors que la courbe de propagation du Covid-19 continue d’augmenter, la lutte politique fait rage autour de la gestion de l’épidémie : d’un côté les partisans du président Bolsonaro, favorables à la reprise de l’activité ; de l’autre l’opposition, le monde scientifique, le Parlement, les pouvoirs judiciaires qui demandent à la population de rester confinée.

À Rio de Janeiro par exemple, le maire évangélique Marcello Crivella avait signé un décret pour la réouverture des lieux de culte. Décret cassé par la justice. Le pasteur Jeferson Barros applaudit ce jugement : "Ces lieux mettent en danger les personnes. C’est impossible de respecter les règles de distanciation, parce que la majorité des temples sont trop petits. Dans l’État de Rio, on a déjà perdu 68 pasteurs parce qu’ils insistaient pour garder les églises ouvertes."

Le pasteur Jeferson Barros, opposé à la réouverture des lieux de culte, distribue des produits de première nécessité et des masques dans son quartier de Rio de Janeiro. Juin 2020 
Le pasteur Jeferson Barros, opposé à la réouverture des lieux de culte, distribue des produits de première nécessité et des masques dans son quartier de Rio de Janeiro. Juin 2020  (ARTHUR GERBAULT / RADIO FRANCE)

Mais au sein de la même convention, celle de l’Assemblée de Dieu, Marco Tadeu, lui aussi pasteur, ne partage pas cet avis : "On a perdu 40% de nos revenus, et cette église doit payer des employés : j’ai un concierge, un secrétariat, l’électricité à payer... On n'a aucune aide publique, tout venait des fidèles et financièrement tout s’est effondré."



Vous êtes à nouveau en ligne