VIDEO. Origine de la pandémie : quand les soupçons pesant sur des laboratoires chinois tournent à la guerre froide avec les Etats-Unis

Ce bunker gris est devenu l'objet de tous les fantasmes et de toutes les tensions, notamment entre la Chine et les Etats-Unis. Le coronavirus aurait-il pu s'échapper du laboratoire P4 de Wuhan ? "Complément d'enquête" s'est posé la question.

Pour Donald Trump, le doute n'est pas permis : "Il s'est passé quelque chose, affirmait-il mi-avril 2020 en conférence de presse. Ils ont sans doute fait une erreur – sûrement de l'incompétence. Quelqu'un a fait une bêtise." "Ils"... comprenez : "les Chinois". Depuis que le coronavirus s'est répandu dans le monde, l'Institut de virologie de Wuhan est soupçonné d'être à l'origine de la pandémie.

Le virus a-t-il vraiment pu s’échapper du laboratoire P4 de Wuhan ? Situé dans la ville qui était à l'épicentre de l'épidémie en décembre 2019, lorsqu'elle a débuté en Chine, le bunker gris est aujourd'hui le lieu de tous les soupçons. 

A 300 mètres du marché aux animaux de Wuhan, un laboratoire "P3"

Construit par la France sur le modèle du laboratoire Jean-Mérieux à Lyon, le centre de recherche faisait la fierté des Chinois... jusqu'à la pandémie. Ce laboratoire où les chercheurs manipulent des virus mortels pour l'homme affiche le plus haut niveau de sécurité biologique : "P4".

Cependant, la ville de Wuhan compte deux autres laboratoires, moins sécurisés, de niveau "P3" seulement. Les chercheurs y manipulent justement des coronavirus de chauve-souris... De plus, ce qui n'est pas pour dissiper les soupçons, l'un d'eux se trouve à moins de 300 mètres du marché aux animaux où ont été identifiés les premiers malades. 

L'affaire du chercheur chinois qui revendait les animaux de son laboratoire

Et si un animal infecté en était sorti ? Potentiellement contaminés, les animaux de laboratoire sont totalement impropres à la consommation, mais le laxisme de certains établissements est avéré. Il défraie même parfois la chronique. Un célèbre chercheur chinois a ainsi revendu des animaux provenant de son laboratoire...

Selon le Dr Alexis Génin, un spécialiste interrogé par "Complément d'enquête", il n'était d'ailleurs pas le seul : "On a eu de multiples exemples, pendant ces dernières années, de cas où des laboratoires de recherche chinois revendaient des animaux de laboratoire sur des marchés. C'est arrivé avec des cochons, avec d'autres types d’animaux." 

Quand la rumeur tourne à la guerre diplomatique

En mars 2020, le gouvernement chinois a voulu rassurer l'opinion : les mesures de sûreté dans les laboratoires de virologie ont été renforcées. En réalité, il n'existe pas de preuve d'un accident, et en dépit de ses affirmations, Donald Trump n'en détient aucune. En coulisses, la Maison-Blanche mettrait la pression sur les services secrets américains, pour qu'ils trouvent des éléments de nature à incriminer la Chine. La folle rumeur a tourné à la guerre diplomatique...

Extrait de "P4 : un labo très opaque", un reportage à voir le 28 mai 2020 dans "Complément d'enquête : les derniers secrets du Covid".

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS & Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne