VIDEO. #OnVousRépond : confinement, contrôles de police, marchés ouverts... Le professeur Delfraissy a répondu à vos questions sur le coronavirus

Sur le plateau de France 2, le président du comité scientifique a répondu aux questions que vous nous avez posées via l'opération #OnVousRépond. 

Vous êtes très nombreux à nous interroger sur l'épidémie de coronavirus et les mesures de confinement historiques qui ont été mises en place en ce début de semaine. Cinq questions de nos internautes ont été posées au professeur Jean-François Delfraissy, président du comité scientifique, sur le plateau du journal de 20 heures de France 2. Voici ses réponses.

"Pourquoi avons-nous attendu 15 jours de trop pour le confinement ?"

Vers la mi-février, j’avais une série d’informations mais peut être que nous n’avions pas suffisamment perçu la gravité de cet évènement, c’est quelque de tout nouveau, ça dépasse tout ce que j’ai vu jusqu’à maintenant.

"Pourquoi interdit-on à la famille de se rendre aux obsèques et laisse-t-on les marchés ouverts ?" 

"On autorise l'accès à l’alimentation pour des raisons que vous comprenez tous, c’est du bon sens. Les marchés restent un vrai problème car un c’est un moment où les gens continuent à se toucher."

S’il faut aller plus loin, on ira plus loin.

Le professeur Delfraissy

sur France 2

"Sur les décès, c’est une question très difficile. On est rentrés dans une période de confinement mais il faut qu’elle soit absolue et il faut continuer également à l’occasion d’un décès. On peut envisager des modalités particulières, avoir une ou deux personnes avec un office très très court."

"Est ce que le coronavirus est mortel pour les enfants ? Est-ce qu’il a le même effet sur les enfants que sur les adultes ?"

"Les enfants peuvent être infectés, ils peuvent être sources de contamination, par contre, pour des raisons qu’on ne connaît pas encore bien, ils ne font quasiment pas de forme grave."

"Les contrôles de police ne sont-ils pas un vecteur du virus qui pourrait être transmis par le contact des gants des policiers qui touchent puis rendent les attestations de déplacement ?"

"A partir du moment où le policier ne vous touche pas, le risque est faible. Mais il est vrai qu’il faut limiter les contacts."

"A ce jour, 3 226 décès en Chine où l’épidémie semble régresser. En France, certains spécialistes prévoient plusieurs dizaines de milliers de décès, où est l’erreur ?"

"Il y a une tendance à majorer par les modélisateurs le nombre de décès. Néanmoins, cela a le mérite de pouvoir regarder quelles sont les méthodes pour diminuer le nombre de contacts. Je souhaite qu’avec l’ensemble de mesures prises, le nombre de décès annoncés soit moins élevé."

Vous êtes à nouveau en ligne