VIDEO. "On trouve des solutions à des problèmes qu'on n'a jamais rencontrés", témoigne une soignante

BRUT

Les "réa" pleines à craquer, les semaines de 60 heures, la débrouille pour se protéger et l'émotion chaque soir à 20 heures… Le quotidien des personnels soignants, aujourd'hui, c'est ça.

Une cinquantaine d'ambulanciers sont venus rendre hommage au personnel soignant de l'hôpital de Melun le 6 avril. Aujourd'hui, le quotidien de son personnel est complètement modifié. "On est très solidaires, c'est des équipes qui sont quand même très solidaires", salue une soignante. Elle poursuit : "On arrive à rebondir au jour le jour et puis voilà, quand on voit des choses comme ça, ça nous suffit pour être heureux et pour continuer à aimer ce métier et à savoir pourquoi on est là."

Si on peut recevoir des masques, si on peut avoir des dons de surblouses pour se protéger parce que maintenant on est obligés de laver nos blouses et nos surblouses avec des produits pour les réutiliser.

Une soignante

à Brut.

Cependant, cette même soignante évoque aussi des "réa" qui sont pleines, des lits de réanimations ouverts un peu partout ou encore des chambres transformés en espace de réanimation avec les moyens du bord, pour ventiler le plus de patients possible. Aussi, de nombreux anciens soignants ayant changé de voie sont revenus au front, pour épauler les équipes en place. "L'équipe a triplé", détaille la soignante.

Enfin, les soignants ne comptent plus leurs heures. "Là, on commence notre nuit de 12 heures. Voilà. Deux fois 12 heures. Et après, on reviendra ce week-end pour trois fois 12 heures. On fait tous des semaines à 60 heures", fait valoir une soignante.

Vous êtes à nouveau en ligne