VIDEO. "J'ai l'impression que pour eux, je ne suis pas en train de travailler" : quand le télétravail plonge les managers dans la paranoïa

Tous télétravailleurs, tous glandeurs ? Cette idée reçue hante de nombreux patrons. Depuis qu'il mène son activité de chez lui, Stéphane fait les frais de ce climat de suspicion. "Complément d'enquête" a enregistré une conversation édifiante avec son supérieur.

Pendant le confinement, nos vies ont été bouleversées. Travailler de chez soi, c'était lutter contre la propagation du virus. Mais pour certains chefs d'entreprise, ce mode de travail n'a rien de rassurant... Du côté des managers, comment être sûr que les employés ne soient pas payés à ne rien faire ? Quand le télétravail plonge les premiers dans la paranoïa, et transforme le quotidien des seconds en tableau Excel... comme dans cet extrait de "Complément d'enquête".

Une équipe du magazine a posé sa caméra chez Stéphane, pour observer à quoi ressemble sa journée de (télé)travail. Le jeune homme est employé au service après-vente d'une grande enseigne d'électroménager. Avec la distance, il a vu ses supérieurs hiérarchiques se transformer en "flics". Déjà très contrôlée au bureau, son activité est désormais scrutée à la loupe. 

Temps passé en ligne, temps de pause... "tout est mesuré à la seconde près"

"Nos managers savent directement si là, je suis en train de travailler, si je suis en pause… enfin, ce que je fais en réel, en direct, explique-t-il devant l'écran de son ordinateur. Tout est mesuré à la seconde près, tout est notifié directement."

Stéphane nous montre un tableau Excel qui affiche combien de temps il est resté en ligne avec les clients, combien de temps il a été en pause... Son temps de pause est de 9%, qu'il est sommé de ramener à 7%. Stéphane prenait 5 minutes 20 de pause par heure (incluant les passages aux toilettes), il devra passer à 4 minutes 40.

"Si ça ne fonctionne pas, il faudra que tu poses un jour de RTT ou que tu te mettes en arrêt"

Ce matin-là, Stéphane rencontre un problème technique : il n'arrive pas à recevoir les appels des clients. Par téléphone, il signale le bug à son responsable.

"Complément d'enquête" a enregistré sa réponse. "Si ça ne fonctionne pas, il faudra que tu prennes un RTT, ou que tu te mettes en arrêt. (...) C'est pas de notre faute ! Tu peux pas rester chez toi comme ça en attendant… Donc après, il faudra soit que tu poses un CP (congé payé), soit que tu fournisses un certificat…"

Produire un faux arrêt maladie, comme le suggère le manager, est illégal 

Stéphane, lui, n'a "pas envie de [s]e mettre en arrêt maladie". "Ça me met dans une position de coupable, réagit-il. J'ai vraiment l'impression que pour eux, je trouve des excuses pour ne pas travailler, rester chez moi et être payé à rien faire".

Sans compter que ce que suggère son manager est totalement illégal : produire un faux arrêt maladie est considéré comme une escroquerie aux prestations sociales…

Extrait de "La face cachée du télétravail", un reportage à voir dans "Complément d'enquête" le 10 septembre 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne