VIDEO. "Ils n'ont que nous, on rythme leur journée" : le quotidien des aides à domicile

BRUT

Ils sont plusieurs centaines de milliers en France. Pendant le confinement, les aides à domicile restent au contact des plus fragiles. Voici leur quotidien.

Aider les personnes à se lever le matin, à se coucher le soir, à se déplacer, à se nourrir, à se lever, à faire leur toilette… Les aides à domicile sont, pour beaucoup de personnes, des appuis indispensables.

Aujourd'hui, entre 60 et 70 % des personnes dans le besoin bénéficient encore du soutien d'une aide à domicile. En revanche, d'un territoire à l'autre, les chiffres peuvent varier. Ces inégalités territoriales sont notamment le fruit des politiques très diverses menées par les conseils départementaux qui financent les services d'aides à domicile. "Ce contexte d'incertitude pour les associations, pour les services publics territoriaux, liés à ces politiques départementales singulières, amènent à l'accroissement des inégalités d'accès de ces personnes âgées aux services d'aides à domicile", détaille Guillaume Quercy, président de l'Union Nationale de l'Aide, des soins et des Services à domicile.

"La dernière roue du carrosse"

65 % des aides à domicile continuent de travailler pendant la crise sanitaire. Les services ont été réorganisés pour assurer les interventions prioritaires. Cependant, Guillaume Quercy déplore une mise de côté des aides à domicile notamment concernant les accès aux masques et autres protections. "Tout ce qu'on donne, c'est vrai qu'on n'aura jamais de retour en fait. Le gouvernement n'en a rien à faire. Il a pensé à dire merci aux aides à domicile il y a deux, trois jours. Il était un petit peu temps, quand même", pointe Aurore Delreux.

Le salaire des aides à domicile tourne autour du SMIC horaire et 89 % d'entre elles sont à temps partiel. 20 % des aides à domicile sont en-dessous du seuil de pauvreté. Aussi, les aides à domicile ont perdu 13 % de pouvoir d'achat en 10 ans.  

Vous êtes à nouveau en ligne