VIDEO. "Face à la pénurie de masques, c'est un peu le système D", explique Philippe Juvin

BRUT

Masques Decathlon, visières artisanales… Voilà comment certains soignants se débrouillent pour se protéger.

"Face à la pénurie générale de matériel, de masques, etc., c'est un peu le système D. On essaye de se protéger comme on peut."

Pour le chef des urgences à l'hôpital Georges-Pompidou Philippe Juvin, dans des situations extraordinaires comme celle traversée actuellement par les hôpitaux français, toutes les alternatives sont bonnes. "On est dans une situation qui sort de l'ordinaire, qui est extraordinaire. Donc à partir de là, tous les moyens sont bons", estime-t-il.

Parmi les alternatives, il y a les intercalaires imprimées en 3D dans l'hôpital même. "Ça signifie que quand je vais examiner un patient, s'il éternue, s'il crache, s'il tousse, moi, je suis protégé et je ne l'attrape pas. Ça, c'est quand même pas mal", détaille Philippe Juvin. Autre solution : les masques Decathlon qui permettent de se protéger le visage. Aussi, le médecin réanimateur rappelle l'importance des lunettes de protection, la contamination pouvant s'opérer par les yeux. Là aussi, il utilise des lunettes en plastique qui ont été envoyées par Decathlon. 

Philippe Juvin salue par ailleurs les personnes qui envoient des masques par la poste, lesquels sont distribués dans des EHPAD. 

Vous êtes à nouveau en ligne