VIDEO. Covid-19 : "On pourrait sortir de cette crise autour de septembre 2021", estime Jean-François Delfraissy

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"Il y a trois mois difficiles à tenir, ce sont les trois mois qui viennent", affirme sur franceinfo le président du Conseil scientifique.

Optimiste quant aux vaccins contre le coronavirus, le professeur Jean-François Delfraissy fait "un pari". "On pourrait sortir de cette crise autour de septembre 2021", estime-t-il. Invité du "8h30 franceinfo", mercredi 13 janvier, le président du Conseil scientifique reste toutefois prudent et prévient qu'il faudra sans doute "continuer à porter des masques" à cette période.

>> Covid-19 : suivez notre direct alors qu'un conseil de défense sanitaire se tient ce mercredi

"Il y a trois mois difficiles à tenir, ce sont les trois mois qui viennent", précise Jean-François Delfraissy, d'autant que "le variant anglais vient nous compliquer les choses". Ensuite, le président du Conseil scientifique estime que les choses iront un peu mieux au printemps, en raison notamment du climat, et puis que les choses "devraient s'améliorer réellement à la fin de l'été."

Les prochains mois s'annoncent importants. "Nous pourrions savoir, déjà, si on arrive à vacciner les 10 à 12 millions des personnes les plus fragiles", pour la mi-avril explique-t-il. A ce moment-là, on saura également si les vaccins "jouent un rôle sur la transmission" et "on aura de nouveaux vaccins plus faciles à utiliser, et ce probablement dès la mi-février" ce qui permettra de vacciner plus facilement la "population générale".

"N'attendons pas tout du vaccin"

Jean-François Delfraissy voit d'ailleurs "une attraction pour les vaccins" chez les Français. "Je fais le pari qu'il y aura bien sûr toujours un certain nombre de gens qui ne voudront pas se faire vacciner mais qu'une grande partie de la population française va comprendre l'intérêt des vaccins"

Attention, prévient toutefois Jean-François Delfraissy, "le vaccin est la porte de sortie mais n'attendons pas non plus tout du vaccin. Il va permettre de sortir, de protéger les plus anciens, peut-être un jour de jouer un rôle sur la transmission" du virus. "Nous restons toutefois sur l'année 2021 avec un certain nombre de mesures barrières mais avec une vie sociale qui pourrait s'élargir et s'ouvrir", tempère-t-il.

Vous êtes à nouveau en ligne