VIDEO. Covid-19 : l'amende pour "ceux qui organisent des soirées clandestines" va "sans doute" être augmentée, déclare Gabriel Attal

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

Il faut "augmenter les sanctions" pour les organisateurs de fêtes, assure sur franceinfo le porte-parole du gouvernement qui prend l'exemple du Royaume-Uni "où vous avez une sanction qui va jusqu'à 10 000 euros".

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a annoncé jeudi 15 octobre sur franceinfo que l'amende contre ceux qui organisent "des soirées clandestines" va "sans doute" être augmentée : "Je vous avoue que l’on considère que l'amende aujourd'hui n'est pas suffisamment élevée et qu'on va sans doute la renforcer", a-t-il déclaré.

>> DIRECT. Coronavirus : suivez les réactions et dernières informations après les annonces du couvre-feu par Emmanuel Macron

Le couvre-feu qui sera instauré de 21h à 6h en Île-de-France et huit autres métropoles à partir de vendredi soir minuit a pour objet d'éviter "les rassemblements privés, parfois festifs, qui sont une source importante si ce n'est majeure de contamination", a-t-il précisé avant d'annoncer une probable augmentation des amendes pour les organisateurs de fêtes.

On considère que l'amende aujourd'hui n'est pas suffisamment élevée et on va sans doute la renforcer.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement

à franceinfo

Aujourd'hui, le montant de l'amende est de 135 euros. Gabriel Attal précise que cette amende concernerait "ceux qui organisent des soirées clandestines". "Je sais que cela choque beaucoup de monde. Cela choque et cela énerve, et je le comprends, beaucoup de restaurateurs, beaucoup de patrons de boîtes de nuit qui sont aujourd'hui fermés et qui voient qu'il y a des personnes qui organisent des fêtes clandestines qui sont une source de contamination. Donc oui, il faut augmenter les sanctions", a déclaré le porte-parole du gouvernement, sans donner de montant. Mais la France pourrait s'inspirer de voisins européens : "Si on veut une sanction dissuasive, elle peut être très dissuasive. Je crois que c'est au Royaume-Uni où vous avez une sanction qui va jusqu'à 10 000 euros. C'est assez dissuasif pour ceux qui organisent" ces soirées.

La police municipale sera mise à contribution pour faire respecter le couvre-feu : "On a engagé un travail avec les collectivités locales et les élus locaux. Évidemment, tout cela va se faire dans un partenariat avec les collectivités locales et les élus locaux. Donc, ce sera à la fois la police nationale et la police municipale", a-t-il affirmé.

Vous êtes à nouveau en ligne