VIDEO. Coronavirus : pour cette petite entreprise, tout a basculé en une journée

Factures en souffrance, activité en berne, dettes... et parfois liquidation judiciaire. Beaucoup de petites entreprises sont fragilisées par la crise du Covid. Pour cette société de fabrication de chaussures, tout a basculé fin mars, du jour au lendemain. Une équipe d'"Envoyé spécial" a rendu visite à des employés encore sous le choc, comme leur patron.

A côté de Cholet, cette entreprise de fabrication de chaussures employait 35 personnes en France, et 200 au Maroc. Avec la crise sanitaire, Ronan Legrand, le patron, a tout perdu. Le groupe est en liquidation judiciaire depuis fin avril.

Fin mars, en l'espace d'une journée, tout a basculé. Une chaîne de magasins russes a annulé sa commande en raison de la crise sanitaire, et Ronan Legrand s'est retrouvé avec des milliers de chaussures en stock, pour une valeur de 700 000 euros. Une catastrophe... 

Un mois plus tard, c'était la liquidation. Du jour au lendemain, elle a signé la fin d'activité de l'entreprise – mais aussi la fin des contrats pour les 35 salariés. Il a fallu trouver de l'argent pour payer les créanciers et financer les licenciements. Pour éponger les dettes, tout le stock de chaussures a été vendu aux enchères, à prix cassé.

"Le Covid est venu tout casser"

Le patron a tout de même une bonne nouvelle à annoncer à ses employés : la marque a été rachetée. Le repreneur s'est engagé à garder neuf personnes sur l'ensemble de la société en France et à continuer à travailler avec la production installée au Maroc.

Pour ceux qui n'ont pas été choisis, c'est un déchirement. "Après trente-six années dans la même entreprise, quand on part le dernier soir, ça fait mal au cœur quand même, témoigne l'ancien responsable de production. Surtout la façon dont ça s'est passé... On partait sur une bonne dynamique, et puis le Covid est venu tout casser."

Maintenant, tous doivent penser à l'avenir, à rebondir. En tant que chef d'entreprise, Ronan Legrand n'a pas droit à l'assurance chômage. A 47 ans, avec deux jeunes enfants, il doit rapidement retrouver un emploi.

Extrait de "Petits patrons, grandes angoisses", un reportage à voir dans "Envoyé spécial" le 3 septembre 2020.

> Les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site de Franceinfo et son application mobile (iOS Android), rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne