VIDEO. Coronavirus : le nombre d'hospitalisations en Île-de-France "double tous les 26 jours", "une croissance exponentielle" mais "maîtrisée", selon Martin Hirsch

FRANCE INTER / RADIOFRANCE

Il faut adhérer au port du masque pour ne pas accélérer le nombre de contaminations au coronavirus, insiste le directeur de l'AP-HP.

Le directeur général de l'AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) affirme mardi 25 août sur France Inter que le nombre d'hospitalisations en Île-de-France "double tous les 26 jours". "C'est donc une croissance exponentielle", indique-t-il, mais "maîtrisée et lente". "Si ça ne s'accélère pas, on pourrait imaginer que les hôpitaux ne se satureraient pas", affirme Martin Hirsch. "Ce temps de doublement est beaucoup plus long que celui qu'on avait à l'acmé de la crise", où le nombre d'hospitalisations doublait tous les trois jours. "Donc notre travail collectif, c'est de faire en sorte que ce doublement en 26 jours ne devienne pas un doublement en 15 jours, en une semaine, en trois jours parce que ça, ce serait le même schéma qu'à la mi-mars."

Selon Martin Hirsch, ce qui pourrait déclencher cette accélération, c'est d'abord la "non-adhésion aux gestes barrières".

Ne croyez pas ceux qui vous disent que le virus a changé, qu'il est gentil, qu'il se balade gentiment chez les jeunes, et qu'il ne va pas créer des choses. La bataille contre le virus, elle se gagne sur nos comportements.

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP

à France Inter

Le directeur général de l'AP-HP constate que "l'adhésion aux gestes barrières a tendance à diminuer. Il y a d'un côté le port du masque mais il y a un tas d'autres choses à réaliser et on voit qu'on y croit moins. C'est ça qui permet d'éviter un confinement total".

Il faut que les "potentiellement contaminants s'écartent de toute vie sociale"

Martin Hirsch souligne aussi une deuxième inconnue dans les quinze prochains jours, "le grand retour de vacances avec plus de monde au travail". "Il faut les maîtriser, on essaie de faire en sorte" d'améliorer "la rapidité des tests, des dépistages, la facilité et l'incitation à être isolé, c'est ça qui est fondamental. Si on ne veut pas confiner tout le monde, il faut que ceux qui soient potentiellement contaminants s'écartent de toute vie sociale, ce qui n'est pas drôle du tout. Mais c'est la manière de sauver des vies, de sauver sa vie".

Vous êtes à nouveau en ligne