VIDEO. Coronavirus : en Corée du Sud, des dispensaires d'un genre nouveau pour un dépistage ultra-efficace

La Corée du Sud a innové pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, notamment grâce à un dépistage ultra-efficace et parfaitement sécurisé. De nouveaux dispositifs ont même été imaginés, qui évitent tout risque de contamination pour les patients comme pour les soignants. Explications dans cet extrait d'un reportage à voir dans la "Soirée 2 l'info" du jeudi 2 avril 2020.

Dans la lutte contre les virus, la Corée du Sud n'a pas toujours été une bonne élève. En 2015, le virus MERS (pour syndrome respiratoire du Moyen-Orient), importé par un voyageur venu d'Arabie saoudite, y avait provoqué une vive inquiétude. Cinq ans plus tard, quand survient le Covid-19, le pays est cette fois prêt : généralisation du port du masque, tests à grande échelle, systèmes de "drive" pour tester les automobilistes...

Et pour ceux qui n'ont pas de voiture, d'autres procédures de test ont été imaginées. Pratiquées dans des dispensaires d'un genre nouveau, elles permettent de réaliser 80 dépistages chaque jour. Rapide et efficace, la méthode a été conçue pour éviter aux patients et soignants tout risque de contamination. 

A Séoul, au pied de l'hôpital Yangji, les journalistes de d'"Envoyé spécial" ont pu visiter l'un de ces nouveaux dispensaires. La capitale en compte six, et ils ont été copiés dans tout le pays. Le directeur explique leur fonctionnement.

Des consultations dans des espaces qui ressemblent à des cabines téléphoniques

Le patient se présente à l'entrée d'une tente médicalisée. Il entre son numéro de téléphone portable sur une tablette pour être prévenu du temps d'attente. Ainsi, il n'a pas besoin de faire la queue, il lui suffit de se présenter à l'heure qu'on lui indique. Il répond alors à un questionnaire informatisé, et ses réponses sont communiquées aux soignants, à l'intérieur de la tente. 

Le patient est ensuite appelé dans l'une des quatre cabines de consultation ultrasécurisées du dispensaire. Dans cet espace exigu comme une cabine téléphonique, un interphone lui permet de communiquer avec un médecin.

Face à lui, protégé par une vitre plastifiée, celui-ci peut l'ausculter à l'aide d'un stéthoscope. Il peut même récupérer des prélèvements grâce à des gants géants installés dans la paroi pour un isolement total. Pour la sécurité des soignants, aucun contact avec les patients ne se fait directement. La cabine sera ensuite soigneusement désinfectée. 

Extrait de "Corée du Sud, le bon exemple ?", un reportage à voir dans la "Soirée 2 l'info : Coronavirus : l'état d'urgence" que proposent "Envoyé spécial" et "Complément d'enquête" le 2 avril 2020.

Tous les replays des magazines d'info de France Télévisions sont disponibles sur le site et l'application mobile de Franceinfo, rubrique "Magazines".

Vous êtes à nouveau en ligne