VIDEO. Coronavirus Covid-19 : "A ce stade, il n'y a pas d'épidémie au sens médical du terme" en France, estime Sibeth Ndiaye

FRANCEINFO

La porte-parole du gouvernement, invitée de franceinfo lundi matin, a ajouté qu'"à ce stade, les manifestations sont toujours autorisées".

"A ce stade", il n'y a pas en France "d'épidémie au sens médical du terme", a déclaré Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, lundi 2 mars sur franceinfo au sujet du coronavirus Covid-19. "On a des clusters, c'est-à-dire des foyers à différents endroits du territoire. Le jour où le virus va circuler sur l'ensemble du territoire, on sera là dans une phase épidémique", a poursuivi Sibeth Ndiaye. Selon elle, il sera difficile d'échapper à une épidémie. 

>>> Covid-19 : le bilan de l'épidémie dépasse désormais les 3 000 morts dans le monde. Suivez notre direct 

"Notre objectif dans la phase 2 où nous sommes, c'est de faire en sorte qu'on freine la propagation du virus, a poursuivi Sibeth Ndiaye. Pour deux raisons : d'abord parce que plus on a du temps pour se préparer et préparer les hôpitaux, mieux c'est. Et ensuite, parce qu'on a déjà actuellement une épidémie de grippe (…) donc on souhaite pouvoir avoir passé le pic épidémique de la grippe pour être totalement libres, entre guillemets, de traiter correctement le coronavirus", a expliqué la porte-parole du gouvernement.

Un passage à la phase 3 impliquera une nouvelle organisation au sein des hôpitaux, a-t-elle ajouté : "Il y a encore quelques jours, on disait que toutes les personnes devaient être soignées à l'hôpital parce que notre objectif était principalement de freiner la propagation. Donc, il fallait que les gens soient plutôt à l'hôpital. Dès lors que le virus est circulant, et probablement au moment où nous entrerons dans une phase épidémique pleine et entière, nous aurons tendance à ce que ce ne soit plus que les patients les plus graves qui soient soignés à l'hôpital, et que les patients les plus légers, bien qu'ayant le coronavirus, restent chez eux pour être soignés en ambulatoire." L'Assistance publique – Hôpitaux de Paris a d'ores et déjà annoncé qu'elle ne garderait désormais plus que les cas graves et les patients fragiles.

Une situation "évolutive" 

"A ce stade, les manifestations sont toujours autorisées" en France, a ajouté Sibeth Ndiaye. "Nous savons que la situation est très évolutive et donc, je ne peux pas donner d'affirmations définitives", a conclu la porte-parole du gouvernement. Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a appelé à de nouvelles mobilisations "partout dans le pays" après le recours par le Premier ministre au 49.3 pour faire adopter le projet de réforme des retraites sans vote. 

Sibeth Ndiaye a également précisé que "les meetings de 5 000 personnes ne peuvent avoir lieu", alors que le premier tour des élections municipales a lieu dimanche 15 mars. "Il faut" par ailleurs "imaginer qu'on puisse prendre des mesures qui sont de nature à rassurer les personnes qui viennent voter", comme mettre à disposition du gel pour se laver les mains à côté des bulletins de vote. "Si ce type de mesures peut aider, on peut les examiner", a assuré Sibeth Ndiaye.

Vous êtes à nouveau en ligne