VIDEO. Bouclier anti-licenciements : des accords d'activité partielle de longue durée possibles "jusqu'à l'été 2021", affirme Elisabeth Borne

FRANCEINFO / RADIOFRANCE

L'objectif est d'éviter les licenciements après la crise du coronavirus a expliqué la ministre du Travail. 

Un dispositif d'activité partielle de longue durée, présenté par le gouvernement comme un "bouclier anti-licenciements", a été instauré fin juillet 2020 pour quelques secteurs faisant face à une réduction d'activité durable après la crise du coronavirus. Il sera possible de signer "des accords d'activité partielle de longue durée jusqu'à l'été 2021", a déclaré vendredi 4 septembre sur franceinfo Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

"On sait qu'on a un certain nombre de secteurs où l'activité va rester sur les prochains mois en dessous de ce qu'elle était, a estimé Elisabeth Borne. Le secteur aéronautique va connaître pendant 6 mois, 12 mois, 18 mois, une baisse de l'activité. Dans le passé quand on avait une baisse de 20% on se séparait de 20% des salariés. Là, on veut éviter ça à tout prix. C'est ce que permet de faire l'activité partielle de longue durée. Si vous avez une baisse de 20% vous allez baisser le temps de travail de vos salariés de 20%."

Ce temps non travaillé "est pris en charge par l'Etat" qui "finance des formations pour renforcer les compétences des salariés." Elisabeth Borne a précisé que cela passait "par un accord d'entreprise."La ministre a pris l'exemple de l'entreprise Safran, spécialisée dans l'aéronautique, "qui ne va avoir aucun licenciement malgré une activité dans le secteur à moins 40%". 

Vous êtes à nouveau en ligne