Variant anglais du coronavirus à Marseille : le cluster est "sous contrôle"

Dans les Bouches-du-Rhône, le foyer épidémique lié au variant britannique du Coronavirus serait maîtrisé selon l'Agence Régionale de Santé. Une série de mesures a été mise en place pour remonter la chaîne de contamination.

Depuis samedi, Marseille a mis en place de gros moyens pour circonscrire l'épidémie du variant britannique du Covid-19. Sur tous les lieux identifiés à risque dans le 7e arrondissement de la ville où le cluster a été identifié, les marins-pompiers assurent les prélèvements sur les bâtiments et dans les eaux usées.

Cette souche anglaise, beaucoup plus contagieuse, avait débarqué en France par l'intermédiaire d'une famille vivant à Londres et venue passer les fêtes de fin d'année à Marseille. Au total 24 personnes sur les 45 cas contacts identifiés ont été contaminés.

Mais le variant n'a pas dit son dernier mot pour autant. Il continue de circuler dans la cité phocéénne comme partout en France. Il représenterait 1% des tests positifs au Covid-19. La surveillance reste donc de mise. 

Seul le séquençage permet de détecter le variant

Le test PCR ne permet pas de détecter la présence d'un variant. Seul le séquençage est efficace dans ce cas. L'analyse des séquences du virus permet aux scientifiques de repérer la propagation des souches, d'estimer la date de son apparition, de déterminer les durées de contagiosité et d'avoir une idée du nombre de personnes porteuses.

Le séquençage du génome est donc une technique indispensable. Elle est cependant plus coûteuse et plus longue à réaliser. Et la France est en retard par rapport à son voisin anglais qui l'utilise dix fois plus. Il va donc falloir s'équiper pour gérer au mieux cette nouvelle menace.

Vous êtes à nouveau en ligne