VRAI OU FAKE Vrai ou Fake : les laboratoires pharmaceutiques vont-ils s'enrichir avec le vaccin contre le coronavirus ?

Le futur vaccin contre le coronavirus va-t-il enrichir les laboratoires pharmaceutiques qui se sont lancés sur ce marché depuis de nombreuses semaines ? Attractif, mais coûteux, rien n'est moins sûr. C'est le Vrai ou Fake de franceinfo.

Il est attendu par tous les pays de la planète : le futur vaccin pour guérir du Covid-19. Sept milliards d'êtres humains l'attendent, ce qui pourrait représenter un marché juteux pour les laboratoires partis à sa quête. Ce futur traitement est aussi le plus subventionné de toute l'histoire du médicament. Mais alors, l'industrie du médicament va-t-elle s'enrichir sur le dos du Covid-19 grâce des milliards de doses ? Cela est discutable, déjà parce qu'à l'échelle mondiale, le vaccin ne représente qu'une faible part du chiffre d'affaires global de l'industrie pharmaceutique : 35 milliards sur 1 000 milliards de dollars. Quatre laboratoires se disputent 80% du marché : les Américains Merck et Pfizer, l'Anglais GSK et le Français Sanofi.

À quel prix ?

Ensuite, la production de vaccins demande beaucoup d'investissements pour une rentabilité pas toujours assurée. Dans le cas du coronavirus, les laboratoires ont reçu des fonds publics avec, parfois, des contreparties comme la distribution à des prix abordables. "On est vraiment sur un vaccin à but non lucratif parce qu'il y a une telle exigence face à cette pandémie totalement nouvelle", décrypte Patrick Buechler, expert de l'industrie pharmaceutique du cabinet Roland-Berger.

Le prix du vaccin dépendra beaucoup du laboratoire qui le sortira : Sanofi a annoncé un vaccin à 10 dollars, AstraZeneca à 2,5 dollars, mais Pfizer avance des sommes entre 50 et 60 dollars. La startup Moderna, très en avance, n'a pas annoncé de prix. Tout dépendra aussi du nombre de vaccins qui aboutiront. Plus il y en aura, plus la concurrence fonctionnera.

Vous êtes à nouveau en ligne