L'idée du passeport vaccinal fait polémique

FRANCEINFO

En Israël, un certificat de vaccination assure la situation saine d’un individu pour lui permettre l’accès à différents espaces. Un passeport vaccinal pourrait-il voir le jour en France ?

Depuis le début du mois de janvier, en France, toute personne qui reçoit une injection contre le Covid-19 est inscrite dans le fichier SI Vaccin Covid (Système d'Information Vaccin Covid)  : son nom, son prénom, son âge, ou encore ses antécédents médicaux y sont renseignés. Si l'on refuse de fournir ces informations, on ne peut pas être vacciné. Ainsi, le fichier réveille des inquiétudes sur l’exploitation des données. Pourtant, son objectif est d'assurer la bonne tenue de la campagne vaccinale ainsi que le suivi des patients.

Des données conservées 30 ans

Les personnes qui ont accès à SI Vaccin Covid sont les soignants ayant pratiqué le vaccin, les agents de la CNAM (Caisse nationale de l’assurance maladie), ou encore ceux de l'ANSM (l'Agence nationale de sécurité du médicament). Par ailleurs, les informations resteront dans le fichier pendant 30 ans. Un premier pas vers un passeport vaccinal ouvrant certains droits ? En Israël, se faire vacciner donne le droit à un certificat de vaccination.

À terme, dans certains pays, le document devrait permettre de voyager, se rendre à des évènements sportifs, au théâtre, dans les hôtels et les restaurants. Des activités interdites aux personnes non vaccinées. En France aussi, l'idée fait son chemin. "On peut tout à fait imaginer ça, que d'une certaine manière, le fait d'être soumis à la vaccination ouvre des portes qui jusqu'alors étaient fermées", déclarait François Bayrou (MoDem) le 27 décembre dernier. La ministre de la Culture Roselyne Bachelot juge “l’idée choquante”. Ces dernières semaines, le ministère de la Santé a été clair : les données du fichier SIVC ne pourront pas servir à la création du passeport vaccinal.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne