Covid-19 : les pays pauvres, grands oubliés de la vaccination

franceinfo

Les campagnes de vaccination progressent depuis la fin du mois de décembre 2020 dans le monde. Mais de nombreux pays, notamment en Afrique, sont pour l’heure privés de doses. 

"Je dois être franc, le monde est au bord d’un échec moral catastrophique. Et le prix de cet échec sera payé par des vies et des moyens de subsistance, dans les pays les plus pauvres du monde", alertait Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, le 18 janvier 2021. Dans la course à l’immunisation, il semble que tous les pays n'ont pas un accès équitable au vaccin. Onze pays concentrent à eux-seuls 90% des doses injectés. Parmi eux : les États-Unis, la Chine, le Royaume-Uni et Israël.

Où en-est le "Covax" ? 


Pourtant, il y a quelques mois, certains pays riches avaient adhéré au programme Covax. Il prône une participation financière conjointe pour acheter des vaccins aux pays les plus démunis. "L’Union européenne et ses états membres ont donné 850 millions d’euros à Covax, ce qui fait de l’Europe le plus gros donateur", indiquait Stella Kyriakides, commissaire européenne en charge de la santé. Mais la solidarité a ses limites. Selon l’OMS, le problème résiderait dans le fait que certains fabricants de vaccins recherchent une approbation réglementaire dans les états riches, plutôt que de soumettre leurs données à l’OMS pour obtenir un feu vert à l’échelle mondiale. Les pays riches privilégient leurs accords bilatéraux avec les fabricants, et contournent les files d'attente, ce qui fait grimper le prix des vaccins.

Vous êtes à nouveau en ligne