Coronavirus : le second malade placé en réanimation après l'aggravation de son état

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 11 mai 2013, à Lille, où sont hospitalisés deux patients infectés par le nouveau coronavirus.
La ministre de la Santé, Marisol Touraine, le 11 mai 2013, à Lille, où sont hospitalisés deux patients infectés par le nouveau coronavirus. (PASCAL ROSSIGNOL / REUTERS)

L'infection de cet ancien voisin de chambre du premier malade avait été confirmée dans la nuit. Ce second cas confirme la possibilité d'une transmission humaine de ce virus proche du Sras. 

Le second patient, dont l'infection par le nouveau coronavirus a été confirmée dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 mai, a été placé, dimanche, en réanimation en raison d'une "aggravation de son état clinique", selon le Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Lille. Francetv info fait le point sur la propagation en France de ce virus, proche du Sras.

Qui sont les deux patients infectés ?

Un homme de 65 ans. Ce voyageur, de retour de Dubaï, a été hospitalisé dans un premier temps au centre hospitalier de Valenciennes, puis à Douai et, enfin, au CHRU de Lille, où il se trouve actuellement en réanimation, sous assistance respiratoire. Son état de santé était qualifié, samedi, de "stable mais sérieux" par le professeur Daniel Mathieu, à la tête du service de réanimation. Le malade s'était présenté, le 23 avril, au centre hospitalier de Valenciennes (Nord), où il était suivi pour une maladie chronique. Il présentait alors des troubles digestifs, ce qui explique qu'il n'ait pas été isolé.

Son ancien voisin de chambre. Il s'agit d'un homme qui a partagé la chambre du premier malade, pendant quatre jours, à Valenciennes, alors que la pathologie respiratoire n'avait pas encore été détectée. Ce patient a été transféré en réanimation, dimanche, à la mi-journée, car "ses besoins en oxygène se sont aggravés", selon le CHRU. Malgré des difficultés à respirer, il n'est pas, à ce stade, placé sous assistance respiratoire.

Peut-on découvrir d'autres cas suspects ?

Une enquête épidémiologique avait été lancée à la suite de la confirmation, mardi, du premier cas d'infection. Au total, 124 personnes au total avaient été identifiées pour des investigations. Cette enquête va désormais être étendue aux "personnes ayant été en contact avec ce nouveau cas d'infection", précise le ministère. En cas de doute sur des symptômes, un numéro vert spécial a été mis en place par le ministère de la Santé : 0800 13 00 00.

En revanche, pour un cas qui restait suspect concernant un jeune homme membre de la famille du premier malade, les résultats sont négatifs, a indiqué le ministère dans la nuit de samedi à dimanche. Par ailleurs, trois membres du personnel soignant (un médecin de Valenciennes et deux membres du centre hospitalier de Douai), dont le cas avait suscité de l'inquiétude, sont hors de danger et ont pu rentrer chez eux samedi.

Comment éviter la propagation du coronavirus ?

Les deux patients infectés sont actuellement placés en isolement, pour réduire le risque de transmission du virus. La ministre de la Santé Marisol Touraine a, par ailleurs, annoncé la mise en place d'un système d'information dans les aéroports internationaux pour les voyageurs à destination de la péninsule arabique. Un tract sera distribué aux comptoirs des compagnies aériennes. Il est notamment recommandé de se laver les mains régulièrement, mais aussi et surtout d'éviter tout contact avec des animaux.

Tout en constatant qu'il n'y a, pour l'heure, aucun signe de "transmission soutenue", l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a, elle, décidé d'envoyer une mission en Arabie Saoudite, principal foyer suspecté du coronavirus. Au total, 34 cas confirmés dans le monde de ce nouveau virus ont été notifiés à l'OMS depuis septembre 2012 et 18 personnes en sont mortes, dont 11 en Arabie Saoudite.