"Un homme de culture... Un caractère très libre... Une force inoxydable" : hommages à Patrick Devedjian, mort du coronavirus

Patrick Devedjian, alors secrétaire général de l\'UMP, à l\'Elysée le 21 juin 2007. 
Patrick Devedjian, alors secrétaire général de l'UMP, à l'Elysée le 21 juin 2007.  (JACQUES DEMARTHON / AFP)

Les réactions se multiplient après l'annonce dimanche de la mort du président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, après avoir été diagnostiqué positif au Covid-19. Plusieurs personnalités du monde politique et économique lui ont rendu hommage ce matin sur franceinfo.

"Il y a quelques jours, il pensait qu'il était en train de s'en sortir de cette saloperie qu'est le Covid-19". L'ancienne présidente du Medef Laurence Parisot a réagi dimanche 29 mars sur franceinfo à la mort, à 75 ans, du président Les Républicains du département des Hauts-de-Seine Patrick Devedjian, des suites du coronavirus"Je suis étranglée de chagrin. C'est un homme que j'ai connu quand j'avais une vingtaine d'années, par l'intermédiaire de son épouse Sophie. Nous étions à l'école ensemble, Sophie Devedjian et moi-même, et j'ai vu Patrick dans son ascension politique tout à fait exceptionnelle", a-t-elle expliqué.

"C'est un homme qui avait un goût très grand de la liberté et qui, avec cet attachement à la liberté, était capable de déployer une très grande énergie au service de notre pays, de sa ville Antony, du département, de la région Ile-de-France, évidemment, mais toujours avec beaucoup de finesse", a encore souligné l'ancienne présidente du Medef.

"Une force inoxydable"

Roger Karoutchi, sénateur LR des Hauts-de-Seine, a également réagi sur franceinfo. "C’était cette espèce de force inoxydable qui ne pouvait pas disparaître", a-t-il salué en parlant de l'ancien ministre. "On avait le sentiment que ce type était une vraie force : force de caractère, force de présence qui impressionnait", s’est souvenu Roger Karoutchi. A propos de son ancien collègue parlementaire – Patrick Devedjian a été député des Hauts-de-Seine – Roger Karoutchi évoque "une détermination de tous les instants".

"On n’a pas toujours été d’accord sur tout", reconnaît l’actuel sénateur, mentionnant "cette espère de volonté de fer : C’était une référence dans la manière de faire et dans la puissance". Roger Karoutchi estime que Patrick Devedjian "va manquer dans le paysage" mais "laisser une empreinte". "C’était un homme, malgré parfois des apparences abruptes, plein d’humour et d’une immense culture", a-t-il indiqué.

"Un caractère très libre"

Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Intérieur, a également rendu hommage dimanche sur franceinfo à Patrick Devedjian, ancien ministre avec lui sous le gouvernement Fillon, évoquant un homme "intellectuellement et physiquement très courageux" mais aussi "un esprit très fin". L’eurodéputé s’est dit "très choqué" par la mort de l’ancien député des Hauts-de-Seine. Brice Hortefeux a également salué "un caractère très libre" et "un goût certain pour la provocation". "C’est une voix originale qui va manquer au débat public", a déclaré l’ancien ministre de l’Intérieur.

"Il n'a jamais dévié"

Rachida Dati, candidate Les Républicains à la mairie de Paris, explique avoir appris le nouvelle de la mort de Patrick Devedjian "de manière un peu irréelle", tant ça lui paraissait "impossible". "On s'était parlé avant la campagne électorale et pendant la campagne. Moi, je l'ai connu lorsque je suis venue travailler aux côtés de Nicolas Sarkozy en 2002 au ministère de l'Intérieur. C'est quelqu'un qui m'a toujours impressionné par ses combats, sa combativité, sa liberté de ton, sa liberté d'action et puis, surtout, sa défense des valeurs républicaines", a-t-elle réagi sur franceinfo dimanche.

"Il n'a jamais dévié. Il n'a jamais été dans la compromission quelconque. Il n'a jamais voulu se battre pour un siège, pour un poste, il s'est toujours battu pour ses idées, pour des valeurs. Et en plus, il mettait beaucoup d'affects et beaucoup de sentiments dans son engagement politique. C'est ce qui faisait d'ailleurs sa grande force et ce côté remarquable", a-t-elle poursuivi. 

"Patrick et moi, c'était 20 ans d'amitié"

Valérie Pécresse, présidente Les Républicains de la région Île-de-France, a également fait part dimanche 29 mars sur France Inter de sa profonde tristesse après la mort du président LR des Hauts-de-Seine. "J'ai été bouleversée quand j'ai appris dans la nuit la nouvelle. Patrick et moi, c'était 20 ans d'amitié, de combat partagé", a-t-elle déclaré. Patrick Devedjian "était une personnalité tout à fait originale dans la vie politique, exceptionnel par son histoire personnelle, par sa vision très forte. C'était un homme de droite qui avait le plus au coeur la question des migrants, parce que lui-même était d'origine arménienne et il savait ce que c'était qu'une famille qui devait se ré-enraciner en France", a souligné Valérie Pécresse qui se souvient de son "sens de l'humour extrêmement féroce""Il avait un sens de la formule, c'était un avocat - il a commencé comme ça - extrêmement flamboyant et un très très bon orateur, et donc effectivement quelques fois il avait la pique vengeresse."

La présidente de la région Île-de-France tient par ailleurs à rappeler qu'il "y a de très nombreux élus qui sont aujourd'hui hospitalisés dans toute la France, parce qu'ils font partie des personnes qui sont en contact" avec le public. Il n'y a "pas de confinement pour un grand nombre d'élus" qui organisent les solidarités et les services publics dans leur commune, a-t-elle rappelé, en leur rendant hommage également.

Vous êtes à nouveau en ligne