Un déconfinement à la carte pour les écoles, les collèges et les lycées

France 2

L'allocution du chef de l'État a été suivie lundi 13 avril au soir par 36,7 millions de téléspectateurs. Un record absolu qui montre les attentes de tout un pays.

Lundi 13 avril au soir, le président de la République a multiplié les annonces. Sur les écoles, il a vraiment surpris tout le monde. "Effectivement, opine la journaliste Nathalie Saint-Cricq, sur le plateau du 13 Heures. La première annonce d'Emmanuel Macron, au 12 mars, c'était la fermeture de toutes les écoles, en disant que les enfants étaient des vecteurs du virus et qu'il fallait surtout les confiner de manière à ce qu'ils ne puissent pas multiplier les sources de contamination".

"Jean-Michel Blanquer l'a dit : ça se fera à la carte"

Selon la journaliste, rouvrir les établissements le 11 mai est un choix "extrêmement risqué". "D'abord, parce que la communauté scientifique était extrêmement divisée, donc Emmanuel Macron assume avoir fait un choix politique, reprend Nathalie Saint-Cricq. Deuxièmement, il y a un défi : les organisations syndicales ou de parents d'élèves, qui considèrent que c'est un petit peu brusqué. Mais il y a quand même un mois pour négocier, et, Jean-Michel Blanquer l'a dit : ça se fera à la carte. Il ne faut pas imaginer qu'il va y avoir 800 000 profs et 12 millions d'élèves qui vont commencer le 12 mai à travailler".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne