Coronavirus : "Un autosatisfecit présidentiel serait déplacé", estime Valérie Pécresse

FRANCE 2

Lundi 15 juin, la présidente du conseil régional d’Île-de-France, Valérie Pécresse, était l’invitée des "4 Vérités" de France 2 pour évoquer les nouvelles mesures du déconfinement entrées en vigueur dans la région.

Lundi 15 juin, toute la France, à l’exception de Mayotte et de la Guyane, est passée en vert. En Île-de-France, les cafetiers et restaurateurs peuvent ainsi ouvrir à nouveau leurs salles aux clients. Une décision attendue, selon Valérie Pécresse, invitée des "4 Vérités" lundi matin : "J’avais appelé à ce passage au vert, au vu de l’amélioration des données sanitaires. C’est bienvenu, mais maintenant, le défi de la reprise est devant nous, parce qu’il faut un retour à la normale, notamment dans les transports en commun."

Redonner "la liberté de circuler"

La présidente du conseil régional d’Île-de-France a plaidé pour redonner "la liberté de circuler" dans la région. "La liberté de circuler, c’est la suppression de cette attestation employeur que l’on demandait aux Franciliens pour se déplacer aux heures de pointe parce qu’il y avait la règle de distanciation physique, et donc on ne pouvait pas accueillir plus de 30% des voyageurs habituels. Je crois que le port du masque devra rester obligatoire encore plusieurs semaines", a-t-elle expliqué.

Concernant les déclarations d’Emmanuel Macron, qui a estimé lors de son allocution la veille au soir que la France "n’avait pas à rougir de son bilan", Valérie Pécresse a avancé qu’un "autosatisfecit présidentiel serait déplacé". "C’est la France qui a tenu, avec les soignants en première ligne, avec les Français et leur débrouillardise, avec les régions qui ont acheté des masques. C’est la France qui peut être fière de ce bilan", a-t-elle affirmé.

Vous êtes à nouveau en ligne