Uber : 3 500 personnes licenciées lors d'une visioconférence

Le leader mondial des chauffeurs privés est lui aussi confronté à la crise liée au coronavirus. Uber a choqué en licenciant 3 500 de ses collaborateurs en un coup de téléphone.

En moins de trois minutes, le couperet tombe : ils sont licenciés. Uber, leader mondial de la réservation de voitures avec chauffeurs, est en crise. Du fait de la forte baisse d'activité, le géant a procédé à des licenciements à travers le monde. Il a ainsi mis fin à l'activité de 3 500 de ses employés, et ce via une visioconférence sur la plateforme Zoom. "Aujourd'hui sera votre dernier jour de travail pour Uber", a ainsi annoncé la directrice du département clientèle d'Uber aux employés conviés à la réunion. Le tout a pris quelque trois minutes. La mesure concerne du personnel administratif.

"C'est révoltant"

"Je sais que c'est extrêmement dur à entendre. Personne ne veut être dans un appel vidéo comme ça", concède-t-elle la gorge serrée. Dans une Amérique qui a vu 30 millions de personnes mises au chômage, l'affaire n'a pas fait grand bruit auprès du grand public ou des grands médias. Mais sur les réseaux sociaux, les personnes sont révoltées. "Faîtes circuler cette vidéo, car c'est révoltant", demande un internaute. "Le PDG d'Uber ne s'est pas impliqué. La vidéo dure trois minutes, elle est impersonnelle. Le patron, c'était au moins son boulot d'être présent", s'insurge un autre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne