TRIBUNE. "Les Jeux d'hier ne seront pas les Jeux de demain" : l'appel de Guy Drut, champion olympique et ancien ministre des Sports, pour des JO plus "responsables"

L\'ancien ministre des Sports et champion olympique, Guy Drut, le 27 juillet 2019 à Saint-Etienne (Loire). 
L'ancien ministre des Sports et champion olympique, Guy Drut, le 27 juillet 2019 à Saint-Etienne (Loire).  (LAURENT LAIRYS / DPPI)

Champion olympique du 110 mètres haies et ancien ministre des Sports de Jacques Chirac, Guy Drut plaide, dans cette tribune publiée sur franceinfo, pour un renouvellement des Jeux olympiques, dont l'édition 2020, prévue à Tokyo, a été reportée à cause du coronavirus. 

Ce devait être un été sportif. Euro de football, tournoi de Roland-Garros, Tour de France, championnat d'Europe d'athlétisme, mais aussi et surtout Jeux olympiques de Tokyo. L'épidémie de coronavirus a eu raison de tous ces événements sportifs, contraints, tour à tour, à l'annulation et au report. C'est le cas des JO qui devraient avoir lieu l'été 2021 et débuter le 23 juillet. Ce report représente un immense défi logistique pour les organisateurs et devrait entraîner d'importants coûts supplémentaires. 

Pour Guy Drut, ancien champion olympique du 110 mètres haies, sacré en 1976 à Montréal, ex-ministre des Sports sous Jacques Chirac et membre du Comité international olympique (CIO), il faut se saisir de ce contretemps pour réinventer les JO. Ce grand rendez-vous sportif devra être plus "sobre et responsable". Il appelle également à revoir le projet pour Paris 2024 qui apparaît aujourd'hui "obsolète, dépassé, déconnecté de la réalité". Il s'exprime ici librement.   


Chacun l'a compris, la crise que nous traversons impacte durablement notre quotidien, notre façon de vivre, notre économie, notre pacte social, notre choix de société. De fait, elle ne peut, ni ne doit rester sans effet sur l'impérieuse nécessité qui nous est faite de nous réinventer. Elle nous oblige.

Les Jeux olympiques et paralympiques ne font pas exception à ce nouveau contexte. Ils doivent eux aussi se réinventer. 2020 devait être une année olympique avec les Jeux de Tokyo, et marquer le début de notre olympiade, Paris 2024. Il n'en sera rien : fort logiquement, et à raison, le CIO, d'un commun accord avec le Comité d'organisation des jeux de Tokyo, a tranché pour leur report. Mais la réponse à cette crise peut-elle se traduire par le seul report de dates, sans que le modèle, tant économique qu'organisationnel, des Jeux soit également profondément repensé ? Le report des Jeux de Tokyo va coûter cher, très cher… Environ trois milliards de dollars, selon l'estimation de Kyodo News, par exemple.

"Repenser et adapter les JO"

"Ce n'est pas le plus fort de l'espèce qui survit, ni le plus intelligent. C'est celui qui sait le mieux s'adapter au changement", disait Charles Darwin. Le célèbre naturaliste nous a enseigné l'impérieuse nécessité de nous adapter. Les Jeux olympiques et paralympiques sont une fête, le rendez-vous d'une vie pour les athlètes de tous horizons et toutes nationalités. Ils ont vocation à réunir le monde. Ils sont le Sport. Un moment unique de paix universelle, de rencontres, de respect de l'autre… 

Pour toutes ces raisons et bien d'autres, les Jeux sont utiles – plus encore en période de crise.Guy Drut

C'est la raison pour laquelle ils doivent avoir lieu. C'est la raison pour laquelle nous devons les repenser pour les adapter, pour leur conserver leur adéquation au monde qui change. Ils ne pourront pas se tenir à n'importe quel prix, déconnectés de la réalité, en "marge" du monde.

Le beau projet que nous avons construit et porté en phase de candidature pour Paris 2024 est aujourd'hui obsolète, dépassé, déconnecté de la réalité.Guy Drut

Il n'est plus en phase avec le réel. Si dans son esprit, il doit rester inchangé, il nous faut revoir ses moyens, et nous recentrer sur l'essentiel. La première nécessité, c'est ainsi de faire une réévaluation budgétaire de ce que vont coûter les JO de Paris 2024.

"Imaginer un nouveau modèle"

Les Jeux d'hier ne seront pas les Jeux de demain. Nous devons l'accepter et imaginer ensemble un nouveau modèle. D'ici quelques semaines et comme j'en avais exprimé le souhait, le CIO pourrait réunir les Comités d'organisation des prochains Jeux olympiques (Tokyo, Pékin, Paris, Milan, Los Angeles). L'objectif de cette rencontre sera - dans la droite ligne de "l'Agenda 2020" qui avait déjà posé les bases du changement - d'explorer de nouvelles pistes, de penser utile, sobre, et responsable.

Pourquoi, par exemple, ne pas mutualiser des sites sur plusieurs éditions des Jeux afin de réaliser des économies d'échelle ?Guy Drut

On pourrait ainsi sanctuariser certaines épreuves sur un seul et même site, quel que soit le pays organisateur. Cela coûte très cher de construire de nouveaux équipements pour une épreuve qui dure, elle, seulement trois/quatre jours.

Prenons le cas du surf. Le site olympique pourrait toujours être le même et se situer, par exemple, à Tahiti ou Hawaï. Même chose pour le canoë-kayak, où il faut construire une rivière artificielle à chaque nouvelle édition. Il s'agit, là encore, de réutiliser des sites existants. Il faut garder l'unité de temps avec des JO qui se déroulent de telle date à telle date, mais l'unité de lieu et d'action peuvent varier. Autre piste de réflexion : la limitation du nombre de sports additionnels au programme. 

Pour toutes ces raisons et bien d'autres, les Jeux sont utiles – plus encore en période de crise.Guy Drut

L'occasion nous est ainsi donnée de rappeler le principe cher à Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies, selon lequel rester fidèle à "l'esprit olympique" nous ramène à l'essentiel et nous prémunit du superflu. Tout le monde s'accorde sur le constat de la nécessité de renouvellement, il nous appartient de trouver le "comment" de ce nouveau modèle.

Vous êtes à nouveau en ligne