Tour de France à huis clos : "Les gens ne comprendraient pas", selon Bernard Hinault qui estime que le Tour "n'est pas exempt" d'une annulation

L\'ancien champion Bernard Hinault, le 4 juillet 2019 à Bruxelles, deux jour avant le départ du 106e Tour de France.
L'ancien champion Bernard Hinault, le 4 juillet 2019 à Bruxelles, deux jour avant le départ du 106e Tour de France. (JAMES ARTHUR GEKIERE / BELGA)

Il est le dernier Français à avoir remporté la Grande Boucle. S'il n'est guère optimiste sur le maintien de l'épreuve fin juin, il espère un report plutôt qu'une annulation.

Le Tour de France cycliste sera-t-il maintenu aux dates prévues, du 27 juin au 19 juillet prochain, dans le contexte actuel de pandémie de coronavirus ? Christian Prudhomme, l’organisateur de la course, réserve encore sa réponse.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

Pour Bernard Hinault, "les gens ne comprendraient pas" que la Grande Boucle ait lieu à huis clos, avec "des coureurs qui pourront aller courir et eux ne pas voir la course". Sur franceinfo mercredi 8 avril, le quintuple vainqueur du Tour de France rappelle qu'il y a "déjà 250 courses à travers le monde qui sont annulées. Donc pourquoi pas le Tour de France ?". 

Le Tour d'Italie a été annulé, les Jeux olympiques sont annulés, la Coupe d'Europe est annulée. Le Tour n'est pas exempt de ça, faut pas croire". Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour de Franceà franceinfo

Le dernier Français à avoir remporté le Tour envisage ce report, "si c'était possible, mais il y a aussi d'autres épreuves qui ont lieu plus tard". Leurs promoteurs "voudront peut être organiser leur course quand ça va être fini". Pour Bernard Hinault, que la course se déroule à la fin du mois de juillet ne serait pas choquant, "à partir du moment où il n'y a plus de confinement et qu'on est sûr qu'il n'y a plus de maladies". Mais si l'annulation devait être la décision des organisateurs, "ça serait dommage parce que je pense qu'il y a beaucoup de gens qui attendent ça. Mais bon, il faut faire avec ce qu'on a aujourd'hui, et ce qu'on a est terrible", ajoute Bernard Hinault.

Vous êtes à nouveau en ligne