TEMOIGNAGE FRANCEINFO. "On aurait dit une zone de guerre", le récit de Nordine, père de la fille de 5 ans gravement blessée à la tête à Chanteloup-les-Vignes

La petite fille de 5 ans blessée à la tête le 4 avril à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines).
La petite fille de 5 ans blessée à la tête le 4 avril à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines). (FRANCEINFO)

Le père de la fillette blessée à la tête le 4 avril à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), réclame la vérité. "Elle est tombée devant moi", raconte Nordine à franceinfo. 

Il en est certain, c’est bien une balle de LBD qui a gravement blessé sa fille de 5 ans, samedi 4 avril, en marge d’affrontements entre la police et des jeunes du quartier, à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines). Nordine témoigne en exclusivité sur franceinfo samedi 11 avril. S’il estime que les policiers n’ont pas fait exprès de blesser sa fille, il réclame la vérité, et des excuses. 

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 dans notre direct

Ce devait être une simple balade pour se détendre les jambes, en plein confinement mais elle a tourné au cauchemar. Alors qu’il rentrait chez lui avec sa fille et les autres occupants du logement, Nordine a vu sa fille s’effondrer subitement. A quelques mètres du logement qu’ils tentaient de regagner, des scènes de violences venaient d’éclater entre les forces de l’ordre et une cinquantaine de jeunes du quartier, qui ne respectaient pas le confinement. "On aurait dit qu’on était dans une zone de guerre. Je donnais la main à ma fille, elle était à ma droite. En allant pour rentrer chez moi, elle est tombée, devant moi", raconte Nordine à franceinfo.

La fillette devrait garder des séquelles

En portant secours à sa fille, le père inspecte les lieux, et trouve un projectile, un bout de caoutchouc noir, qui pourrait être une balle de LBD. Il en est certain, c’est ce projectile qui a blessé gravement sa fille. "Pour moi c’est sûr, ma fille a été touchée par un LBD. C’est cette balle-là qui a touché la petite, parce qu’il n’y avait pas de pierre autour, il n’y avait rien, on a regardé. Et les policiers visaient les jeunes, mais dans notre direction", témoigne Nordine. Transportée à l’hôpital dans un état grave, sa fille de 5 ans est sortie du coma artificiel dans lequel elle avait été placée à l’issue de son opération, dans la nuit du 4 au 5 avril. Mais elle devrait garder des séquelles de cette blessure, selon les médecins.

La famille réclame des excuses

Depuis vendredi, la petite fille est prise en charge dans un centre de rééducation, et y restera jusqu’à nouvel ordre. De quoi susciter l’incompréhension de ses parents, qui demandent réparation"C’est involontaire, ils ne comptaient pas toucher ma fille. Mais je veux juste avoir au moins des excuses et que l’Etat avoue ce qu’il s’est passé", ajoute Nordine, qui veut comprendre comment sa fille a pu finir à l’hôpital après une simple promenade en bas de leur appartement. "On n’a pas manifesté, on n'a rien fait, on sortait juste pour faire une petite promenade, et ce jour-là, c’est tombé sur ma fille. Maintenant, on cherche la vérité. Il ne faut pas qu’ils nous cachent la vérité. Parce que nous, on est traumatisés. Et puis maintenant, la pauvre, elle ne parle pas, elle n’est pas bien", abonde Nordine. 

Une enquête de l’IGPN est en cours pour déterminer l’origine de la blessure de la fillette. Pour l’instant rien ne permet de savoir s’il s’agit d’une balle de LBD ou d’un autre projectile selon la procureure de Versailles.

TEMOIGNAGE FRANCEINFO. Le récit de Nordine, père de la fille de 5 ans gravement blessée à la tête à Chanteloup-les-Vignes
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne