Sortie du confinement, signalements des violences conjugales et répartition des tâches ménagères : le "8h30 franceinfo" de Marlène Schiappa

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

La secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes, était l'invitée jeudi du "8h30 franceinfo".

Le Premier ministre Edouard Philippe a indiqué mardi qu'il présenterait "un plan complet de sortie" du confinement "quand il sera prêt", en tout cas "largement avant la date du 11 mai" évoquée par Emmanuel Macron dans son allocution. Un plan de sortie du confinement qui "bien sûr, se basera sur les recommandations du conseil scientifique comme il l'a toujours fait jusque-là pour prendre ses décisions", a déclaré Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat chargée de l'Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, jeudi 16 avril sur franceinfo.

>> Suivez les derniers développements liés à l'épidémie dans notre direct

"Le gouvernement est au travail" sur la question des masques, a expliqué la secrétaire d'Etat. "Le président de la République a indiqué qu’il donnait 15 jours au gouvernement pour présenter ce plan, respectons ces 15 jours", a-t-elle souligné.

Signalements des violences conjugales

"Il y a une hausse des signalements [de violences conjugales] auprès des forces de l'ordre", a déclaré Marlène Schiappa. Avec le confinement imposé pour limiter la propagation du coronavirus en France, les violences conjugales et familiales ont augmentéLe ministère de l'Intérieur avait indiqué le 6 avril que les signalements de ces faits ont connu une hausse pendant la première semaine de confinement. 

"Sur notre plateforme qui s'appelle Arrêtons les violences, il y a eu cinq fois plus de signalements qu'habituellement pendant la période de confinement", a indiqué la secrétaire d'Etat"Paradoxalement, il y a un peu moins d'appels numéros 39 19. Mais c'est surtout parce qu'il est très difficile de téléphoner quand vous êtes confinée avec un homme violent", a-t-elle poursuivi. C’est la raison pour laquelle "on a monté des points d’accueil et d’écoute des femmes dans les centres commerciaux", notamment. "Plus de 60 femmes ont déjà été protégées par les associations grâce à ces points d’écoute et d’accueil", a indiqué Marlène Schiappa.

Un numéro avec un accompagnement "pour éviter de devenir violents"

"Le confinement, c'est une épreuve collective qui vient percuter la vie et l'histoire personnelle et familiale de chacun", a souligné Marlène Schiappa"Nous avons effectivement créé un numéro de téléphone pour aider les personnes qui se sentent avoir des accès de colère, à les gérer, à ne pas devenir violents", a expliqué la secrétaire d'Etat. Il s’agit du 08 019 019 11. 

"On a déjà eu plus de 100 appels d'hommes qui ont eu un accompagnement psychologique pour éviter de devenir violents au sein du foyer pendant la période de confinement", a expliqué la membre du gouvernement. 

Inquiétude sur "l'épuisement silencieux des femmes"

Marlène Schiappa s’est dite "inquiète" d’une "possibilité d’épuisement silencieux des femmes, et notamment des mères de famille pendant le confinement". Une crainte basée sur une étude commandée par le gouvernement à l’institut Harris Interactive. Il y a une "répartition inégalitaire des tâches dans les couples, comme sur le ménage, l’éducation des enfants à la maison, la préparation des repas, etc.", a souligné la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.

Des familles monoparentales discriminées à l'entrée de certains magasins

Plus de 800 parents ont signalé au gouvernement qu'on leur avait interdit d'entrer dans un magasin avec leur enfant, une mesure pourtant "illégale" et que le gouvernement n'a jamais préconisée dans le cadre du confinement, a indiqué Marlène Schiappa : "Nous avons été saisis par des mères isolées, parfois des pères aussi, qui sont seuls avec leurs enfants - soit parce qu'ils sont célibataires, soit parce que leur conjoint travaille, a expliqué la secrétaire d'Etat, ils vont faire les courses et sont rejetés à l'entrée du magasin qui leur dit 'non, nous n'acceptons pas les enfants'," pendant le confinement.

Les signalements ont été reçus sur une adresse mail spécialement mise en place depuis une semaine par le gouvernement : dgcs-coursesparentsisoles@social.gouv.fr

Vous êtes à nouveau en ligne