Soldes : "Le désir de consommer n'est plus là", selon l'Observatoire Société et Consommation

Une affiche vantant les soldes dans la vitrine d\'une boutique, à Paris, le 8 janvier 2020. 
Une affiche vantant les soldes dans la vitrine d'une boutique, à Paris, le 8 janvier 2020.  (AFP)

Alors que les soldes ont démarré mercredi 15 juillet, l'Observatoire Société et Consommation relève une baisse du désir de consommation. Selon lui, le modèle même des soldes est remis en cause.

"Les gens nous disent que le désir de consommer n'est plus là", a indiqué Guénaëlle Gault, directrice générale de l'Observatoire Société et Consommation (Obsoco), interrogée mercredi 15 juillet sur franceinfo. Selon elle, la pandémie de coronavirus remet en question le modèle même des soldes, qui débutent ce mercredi avec trois semaines de retard en raison de la situation sanitaire :"C'est sûr que ces périodes, déjà interrogées avant la crise, le sont plus encore aujourd'hui."

franceinfo : A quoi doit-on s'attendre pour l'édition des soldes printemps été 2020?

Guénaëlle Gault : Il y a un peu plus d'un Français sur deux qui nous dit qu'il s'apprête à profiter des soldes. Mais il y a beaucoup d'incertitudes, il n'y en a que 14% qui sont vraiment certains [d'aller faire les soldes]. Beaucoup de soldes sont faits en magasin, et l'expérience en magasin est altérée. Les gens ont peur. Il n'y a plus d'insouciance. La consommation n'est pas catastrophique, mais c'est vrai qu'elle est très atone. 75 milliards d'euros ont été épargnés au cours de ces dernières semaines. Mais, en même temps, il y a plus d'un tiers des Français, qui ont perdu en revenus et qui craignent aussi pour leur emploi.

Les Français ont réduit leur consommation pendant le confinement. Cela va-t-il durer?

Les gens nous disent que le désir de consommer n'est plus là. Ils se sont aperçus qu'ils n'étaient pas moins heureux pour autant. Ils sont en train de changer leurs habitudes. C'est ça qui est en train de se passer, et [ça] interroge tous ces rendez-vous habituels, ces rendez-vous de la consommation qu'étaient les soldes. C'est sûr que ces périodes, déjà interrogées avant la crise, le sont plus encore aujourd'hui

Au-delà de la pandémie, le modèle des soldes est-il remis en cause?

Il y a une critique de plus en plus importante de la consommation, de l'hyperconsommation. Les gens nous disent qu'ils sont un peu perdus sur les prix. Les périodes de soldes, de "Black Friday", etc., entrent en concurrence avec des offres toute l'année de rabais, de ventes privées, de prix baissés ou de prix barrés. Ils ne savent plus quand est-ce que ce sont les bons prix ou les mauvais. Ça aussi, ça génère de la défiance.

Vous êtes à nouveau en ligne