Soignants intérimaires privés de prime coronavirus : "C'est un peu la douche froide" réagit FO-Santé

Une infirmière prend en charge un malade du Covid-19 au CHU de Nantes, le 19 mai 2020.
Une infirmière prend en charge un malade du Covid-19 au CHU de Nantes, le 19 mai 2020. (LOIC VENANCE / AFP)

Didier Birig, secrétaire général du syndicat explique avoir "déjà interpellé le ministère de la Santé à plusieurs reprises sur certains manquements du texte à sa parution." 

"C'est un peu la douche froide", a déclaré vendredi 31 juillet sur franceinfo Didier Birig, secrétaire général de FO-Santé, au sujet de l'exclusion des soignants intérimaires de la prime Covid de 1 500 euros. "Cette prime, le président l'avait présentée comme étant la valorisation de l'engagement des soignants auprès des malades Covid, donc on s'attendait à ce qu'il y ait une reconnaissance qui se fasse pour tout le monde, quel que soit le statut des personnels qui ont travaillé", déplore-t-il.

Au plus fort de la crise, tout le monde s'est serré les coudes, il serait normal aujourd'hui que, quelle que soit la durée, quel que soit le statut, l'ensemble des personnels qui ont participé à la prise en charge des malades du Covid puissent être reconnus.Didier Birig, secrétaire général FO-Santéà franceinfo

"Les critères, nous, on les a contestés dès le début", rappelle le représentant syndical, citant notamment les règles exigeant un temps de présence minimal à l'hopital. Didier Birig explique que les syndicats avaient "déjà interpellé le ministère de la Santé à plusieurs reprises sur certains manquements du texte à sa parution." 

"On a des personnels intérimaires, mais il y a aussi des personnels du secteur de l'aide à domicile qui, pour l'instant, n'ont encore rien touché et qu'on balade un tout petit peu entre les départements et l'État, indique le syndicaliste. Et c'est un petit peu regrettable cette situation." Le responsable FO-santé déplore de ne pas avoir été consulté en amont : "Nous avions déjà été soumis exactement à la même méthode sur d'autres textes auparavant et où on étaient obligés de faire un tout petit peu les pompiers".

Vous êtes à nouveau en ligne